Blog_Une

Date de publication: samedi, 1 August, 2015 - 21:50 Vincent LAUGIER

C'est un livre court  en deux versions linguistiques, la française puis l'espagnol
C'est un conférencier qui va parler de la pluie mais voilà pas de feuilles, pas de notes, alors il enchaine, cite des écrivains qui parlent de la pluie mais aussi parle de s gens, de lui, des difficultés de sa vie, dans son travail et dans ses amours et tout cela tout en restant optimiste grâce à sa culture qui le pousse de mille façon à voir le côté lumineux de toute situations ombrageuses.

Lire la suite ... Nombre total d'affichages: 8

Adieu les chiens.

Difficile de faire un tri de choses affichables dans les cartons de Mano Solo. Je pense que tous les héritiers d’un artiste disparu se trouvent devant ce dilemme :qu’est-ce qui est publiable, livrable au public, et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Où s’arrête le légitime hommage pour sombrer dans l’abusive indiscrétion ?

DANS LES CARTONS DE MANO SOLO

Dans les cartons de Mano Solo, on trouve une quantité de dessins incalculable.
Isamona, la BigMama va nous faire découvrir au fil de ses trouvailles les trésors sortis de ces boîtes.

Et ça commence le 25 octobre 2011 !

Pages

  • Date de publication: lun 27 juill. 2015

    C'est un long roman. Un itinéraire insolite pourtant jalonné de tout ce qu'une époque typique a produit. Une jeune fille incomprise quoique libre écrit sa vie d'adolescente et voilà-t-il  pas que cela marche pour elle. Cette réussite la rend indépendante mais la laisse navrée d'être dans un monde qui ne lui parle pas.
    C'est la vie qui commence pour cette bougonne de Catherine. Elle se lance en Amérique dans une vie essentiellement sexuelle saupoudrée d'artifices puissants que donnent les drogues. Mais la conscience de la vie ne s'éclaire pas pour autant.

  • Titre: La Seine
    Date de publication: mar 07 juill. 2015

    La Seine, elle cravache sa destinée dans sa dérision, son historique et
    tout le romantisme à la mord moi le coeur si tu peux, si ta mâchoire est
    de la taille des outrages et des rages sourdes.

    Ma mâchoire mastique ma propre peau arrachée à mes mains désœuvrées.

    La Seine coule dans sa solitude apprivoisée dans les clichés de Paris qui va et rit sur les bords de ses quais.

    Elle rit de toute la fraîcheur de son eau. La Seine est un linceul
    volontiers doux et conserve dans sa vase les os des malmenés qui ont su

  • Date de publication: sam 27 juin 2015

    Je noircis dans les nuits morves les mots lourds de la combustion
    chimérique, la quête d'un sourire me laisse esseulé dans la transparence
    d'un temps à l'arrêt, l'amour brûle dans sa solitude entêtée, le soleil
    ne brille pas pour lui, juste la nuit a des lueurs d'éclairs lointains
    et vagues comme des esprits en fuite.

    Chamane, j'ai des manies pathétiques, des idées hérétiques, je veux
    voler plus loin que le lointain disparu et être toujours dans une grâce
    d'ange édulcoré, par-delà les temps et les décors prendre des époques en

  • Date de publication: ven 19 juin 2015

    Il pleut, il pleut et puis quoi ?

    La ville est saoule, il pleut, il pleut, on s'en fout !

    On s'en cogne de ce qui tombe !

    Nous nous sommes vu dans les miroirs qui ricochent nos anicroches.

    La pluie, elle fait sa dégueulasse de sa grisaille, nous on se délasse
    dans la musique, ou qu'on aille elle nous procure l'extase !

    Demain va venir comme un tonnerre !

    Y'aura du monde à terre !

    Je ne dis pas ça pour tous, mais sur que ça va roussir pour certains !

  • Date de publication: lun 15 juin 2015

    La nuit ouverte s'étend jusqu'au printemps de la Laponie, la nuit
    ouverte dépasse le temps d'une saison. Cette saison qui vient d'un prés
    fleuri. C'est une prairie pentue ou pousse toute sortes d'herbes.

    La nuit ouverte est couverte de rêves.

    Les rêves vont loin dans le désert d'une Patagonie. Le désert est une
    réserve de silences bleus, si blancs de la clarté céleste et le sable
    est jaune du soleil éblouissant. La lumière danse comme une amusée
    emportée, elle est blanche, étincelante, jaune, ruisselante, perçante,
    filante...

Subscribe to MANO SOLO RSS