You are here

September 2009

UN GRAMME DE MOTS

UN GRAMME DE MOTS
Je devrai écrire un livre pour ne plus parler ni penser à elle, un livre plein de pauvres erres livrant bataille à pire que tout ce que nous avons vécu, les martyriser, me défouler les faire souffrir, les faire mourir, chaque jour, chaque enfer de seconde dans un drame inexplicable mais bien raconté avec des mots pour pas une vie pas un instant de paix comme s'il en pleuvait de la merde, du poisson pourrit, un livre pire que Céline la petite bière du maussade,

LA NUIT DES ROMAINS ( ou LES ENFANTS PAÏENS )


LA NUIT DES ROMAINS

Ecriture automatique.
Il y a des lunes sans bruit, des bruit dans la brume, il y a des chats noirs avec un point blanc, c'est une nuit. c'est la nuit où tu es partie

PANTIN, LES RAIES DU MUR.

LES INTERSTICES

LES INTERSTICES 2

Alors Lucien repartait content, ayant démontré une fois de plus qu’ici le moindre plaisir valait son pesant de douleur.
Bientôt le Père Ramon faisait son apparition et les enfants savaient qu’il ne tarderait pas à agiter tout doucement son trousseau en sifflant comme un pet entre ses deux dents de devant, qu’il avait bien écartées. Malheur à celui qui ne l’aurait pas entendu et ne se figeait pas instantanément comme une statue de sel.Celui-là se faisait au minimum arracher une mèche de cheveux alors que le Père Ramon sortait de sa bouche un son non articulé qui ressemblait à un mots.

LES INTERSTICES 3

Ce lundi s’annoncait comme les autres alors qu’un evenement survint. Ils virent les portes s’ouvrir sur une vingtaine d’orphelins du Vietnam, de tous ages et parlant tous plus ou moins le francais. Silencieusement ils penetrerent la cour pour instinctivement se regrouper dans un coin. De chaque coté ça se regardait en lousdé et les grands de l’ecole, ceux qui avaient quadruplé leur 4eme, ont commencé leur cinema d’intimidation, mais de loin, va savoir si tu va pas te manger un truc à la Bruce Lee à travers la gueule.

LES INTERSTICES 4 ET FIN

Le père Maleau qui avait tout vu derrière ses carreaux fit comme si de rien était. « Libre-penseur » pour lui ça devait vouloir dire "entre deux claques pense ce que tu veux, mais ferme ta gueule". Libre-penseur de mes deux, se disait Jésus. Mais on l’est tous ici. Tous sur cette putain de planète de merde. Penser. Pas besoin de faire un club de costards en velours côtelé pour ça, et s’en vanter à tors et à travers. Jésus pensait au jour où Maleau avait trouvé dans ses cahiers le dessin d’un mec brandissant un drapeau noir, avec une légende « anarchie vaincra ».

Pages