You are here

February 2010

Garde robe

23/02/10 : Gien

Aaaah... C'était bon de retrouver la classe ! Eh oui, mine de rien ça aussi, ça me manquait ! Nous travaillons fort bien, pendant que dehors se monte le nouveau chapiteau, assortis de son mini chapiteau où se fera désormais l'accueil du public. Le montage dure initialement une bonne demi-journée, mais là ça s'est étalé sur toute la journée ! Heureusement les nuages ont attendu que la toile soit montée pour déverser des trombes d'eau. Il y a beaucoup de vent aujourd'hui, le camion tangue, on se croirait dans un bateau... Je me rends compte de l'intérêt d'envoyer un des trois plus grands gérer un jeu de temps en temps avec Hubert et Firmin : ils feront un loto des lettres de leurs prénoms avec Gabrielle, puis quelques parties de dominos avec Léon. Pendant ce temps je peux travailler plus sereinement avec les autres, et ils respectent ainsi beaucoup mieux les règles des jeux ! Méthode essayée... et adoptée ! Pendant la récréation, nous repérons l'aire de jeux la plus proche : Léon fera tourner les trois petits sur le tourniquet pendant un certain temps, pendant que je ramasse quelques "cornes de rhinocéros", vestiges d'enfance...


Après cette bonne journée de classe (même l'après-midi a été plutôt calme ! ), nous allons faire quelques courses pour bricoler avec Bruno (joint pour étanchéifier le tour de l'évier et lampes à led pour éclairer quelques recoins un peu sombres). J'étais pleine de bonnes intentions et je voulais conduire le minibus blanc pour y aller et ainsi me préparer psychologiquement au fait de conduire pour aller en sortie avec les enfants vendredi, mais Sylvie s'est plantée avec, cet hiver, quand il y a eu de la neige. Il reste donc soit un vieux sans ceintures à l'arrière (hors de question pour moi de le conduire avec les enfants dedans), soit le grand de Mamie (qui est tout neuf, j'ai trop peur de lui faire une rayure). Je me dégonfle donc une fois de plus, et laisse Bruno conduire le bleu. Je m'arrangerai vendredi pour que quelqu'un nous y emmène, et je remets mes bonnes résolutions "autonome au volant" à la prochaine tournée. Un jour, c'est promis, j'y arriverai !
Didier nous invite ensuite à fêter son anniversaire sous le petit chapiteau : ce qui devait être "un petit coup à boire à 19 heures" se termine en tables chargées de boissons et de choses à grignoter. Je me sauve à plus de 21 heures car je n'ai pas encore préparé la journée de demain. Heureusement, comme j'ai tout en tête ça ira beaucoup plus vite qu'hier, et en une heure c'est bouclé. Bruno et moi baillons à qui mieux mieux pendant que j'écris. Vite : au lit !

22/02/10 : Gien

Je retrouve mon petit (grand!) camion avec joie après ces trois mois sans tournée : il n'y a pas à dire, être chez soi c'est bien un moment, mais je commençais à avoir des fourmis dans les gambettes ! Pas de grosse déconvenue cette fois car nous avions descendu le matelas et je n'avais rien laissé qui craigne l'humidité dedans : le savoir vient avec l'expérience ! Il y a juste le frigo qui a été refermé et qui a quelques traces de moisissures à l'intérieur, mais ça part facilement. Les enfants y ont dormi à Noël avec leurs cousins, ils ont laissé quelques traces de leur passage...

Scanners

Cargot

Maintenant

Maintenant

Comme un chien sans son maître.
Je marche seul.
Dans les rue de Paris, je contemple le "trop tard".
Tu ne le sais pas, et pourtant.
Dans mon coeur d' argile, tu étais là.

Chers otages...

Burqarnaval...

Pages