You are here

July 2011

TEMPÊTE IMMINENTE… (578)

Rubriques: 

J’ai plus d’un ossement étincelant dans le profond de mon petit sac

Plonger dans ton oeil

Rubriques: 

 

Voir, regarder et voir.

Dans les yeux des chevaux se lisent beaucoup de choses.

 

Billes noires, diseuses de sentiments, reflet de celui qu'elles fixent,

Dis moi, Grâce, comment je suis.

Je ne suis que gardien du secret de la vie

Rubriques: 

 

Je ne suis que gardien du secret de la vie,

Breizh tour 2011

Rubriques: 

Un petit tour en bretagne... SI Ca vous interessse de voyager, les lieux sont indiquer sur la video. Puis nous avons fais le voyage en camping sauvage.. On a des adressse pour ceux qui sont interesse ;)

A toi

Rubriques: 

 

 

Je m’avance doucement vers toi

J’en frémis à l’avance en te voyant

Mon cœur s’emballe, je frissonne

T’es aussi belle que dans mes souvenirs

 

J’aimerai courir, me jeter dans tes bras

Mais je me retiens, et enregistre chaque instant

Le temps est suspendu, en moi, je bouillonne

Une douce chaleur m’envahit, de désir

 

J’aimerai hurler ton nom à chaque pas

Et parcourir plus vite cette distance

Notre musique me revient, je la fredonne

Et affluent aussitôt tous nos soupirs

 

JE NE SUIS QUE BOUTEILLE À LA MER… (572)

Rubriques: 

Je ne suis qu’une bouteille à la mer, dans les profondes plantée,
Sans savoir d’où venir et encore moins sans même deviner où aller

Perspective cavalière

Rubriques: 

Au pas

D'une allée cavalière

Entre les hautes futaies

D'une forêt ancienne

 

Au trot

D'une arène secrète

Qui s'ouvre dans la clairière

Inondée de soleil

 

Au galop

D'une lande qui s'incline

Jusqu'au bord de la falaise

A l'à pic des oiseaux

Au pas

Au trot

Au galop

 

Et le vieux cavalier

A l'ombre de la mort

Se souvient

De l'enfant

Qui riait, qui riait, qui riait....

Un repas d'affaire servi sur douze pieds

Rubriques: 

Sur la table napée se trouvent quatre assiettes,
huit verres, quatre serviettes et autant de couverts.
Arrivent quatre hommes, certainement pas des mauviettes :
ils ne porteraient jamais leur cravate de travers.
 
Leurs costumes alourdis par l'odeur du bitume
ont la taille de ceux qui travaillent très dur.
Ils représentent à eux-seuls une enclume
où ma tête vient cogner, contre le futur.
 
Ils ont tout l'attirail des soldats sans batailles,
l'un d'entre-eux portent des cartouches dans les yeux.

Pages