You are here

Blogs

Résister et produire : les ouvrières de Mamotex

Rubriques: 

Toujours ouvrir grand nos yeux sur les luttes d'ici et d'ailleurs. Toujours.


 "Au détour d’un terrain vague, le long d’un chemin de terre et entourée de bâtiments en construction, l’usine Mamotex ne paie pas de mine. (...)

Les mots perdus

Blog: 
Rubriques: 

Comme une peau retournée, la chair à l'air, les mots de l'intérieur vers l'extérieur. Un corps de mots. Le corps à l'air dans le flot des mots.


Silence violent.


Trois cafés et demi

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Il parle

Il crache

craquelle densément lâche !

dans la justice

de la terre

Rien...

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

"Rien à dire, rien à vivre..." flotte à mes côtés la voix de Mano Solo, je dis ça parce que personnellement dans l'état du monde et de ma vision, j'ai rien à dire, je fais juste, figé dans un coin sombre une sérénade de mon existence et fiché dans mon être mélangé, la torpeur des départs et le silence qui évoquent tout le rien environnant qui fait un ronron d'enfer.

Le ciel de ce matin

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Le ciel de ce matin est étrange comme venu d'un rêve, un ciel d'un jade.

Alerté

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Je ne fuis rien car rien ne me vient. Je songe à refuser l'instant comme une comptine lancinante, ancienne et démodée dans mon vieux temps.
Neuf est le trajet que j’entreprends, neuve l'heure drôle qui me secoue...
Je retourne au cinéma de mes rêves dans l'ombre du monde doux qui flotte en moi. J'accepte d'être en exil de toute existence. J'accepte la maladresse de vivre. Je met en livre ma déshérence heureuse. Le projet qui me creuse au fond de mon être. ça va venir un jour, le restant des ombres délicates et éphémères qui vont  dans l'égout de la pensée dite.

1774

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

« Il s'arrêta finement devant la porte. Il pris une grande respiration très lente. Il ne fit plus qu'un avec son corps chargé. Le temps s'arrêta comme il se doit quand on boit comme ça. Ce n'était plus le moment de fléchir. Il frappa alors à la porte. Un « Oui ! » surgit derrière comme un grincement fort. Machinalement, il ouvrit la porte, sans plus y penser comme un ivre mort qu'il est. Ça y est, c'est maintenant. Il fit un pas. »

Double rencontre

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Ce matin j'ai vu Christine à l'arrêt d'un bus dans une allée arborée.

Avant-hier j'ai vu Christine, une autre dans une avenue, avenue pourrie
de voitures filantes, elle était avec son mari, un peu Poutine mais plus
petit et plus doux d'aspect. Elle m'a vue mais n'a rien dit , elle m'a
snobée mais elle est comme ça, sans méchancetés ni intelligences. Elle
devait se rendre pressée dans un cinéma qui trône pas loin comme un
appel au vice, un vice léger et âpre comme un mauvais film peut faire en

La ville vice la vie.

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

La ville terrible mine tout, enferme, c'est un endroit merde, à ne rien
croire, à ne rien voir. La ville est seule comme une agonie, dans sa
ligne d'armure d'immeubles sinistres coincée dans un creux immense,
profond comme un caveau neuf signe une portée d'obstacles qui pousse à
rien toute intelligence sensible.

La ville a une vieille habitude dégradante, de normes, d'habitudes et de
morts ancrées toutes vives à vivre dans la douleur du cœur.

Immensément Doux

Et tu n'es pas revenu de Marceline Loridan-ivens (grasset)

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 
Blog: 

C'est le livre d'une vieille femme qui livre ses dernières impressions.
Le monde ne l’intéresse de moins en moins effet de l'age.
Elle a vécu le dur fait d'être juive dura la guerre.
Elle a été déportée avec son père.
Ce père qui n'est pas revenu.
Cette absence qui dit la faille de cette femme si forte par ailleurs.
Une absence comme en a connu Germaine Tillion dont la mère est morte dans de pareilles circonstances, idem pour Simone Veil  amie de Marcelline.

Surtout vas y.

Rubriques: 




  alors tes mots me portent
  m' emmènent avec moi

  la vie reste une promenade
  accompagnée maintenant



 

Mémoires de Beate et Serge KLARSFELD (Fayard Flammarion)

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 
Blog: 

Un livre écrit à deux, c'est rare.
Là chacun fait ça.
un chapitre l'une, un chapitre l'autre.
Et cela donne un ton différent avec bien sûr une vision approchante du monde que leur combat commun souligne.
Beate née en Allemagne est plus prosaïque de son histoire à elle.
Serge,lui raconte plus volontiers sa jeunesse voyageuse pleine de routes et d'aventures sentimentales.
Elle dit la force et la construction de son engagement pour que l'Allemagne prenne conscience de son passé, et de la responsabilité de certains...

BANJO de Claude Mckay aux éditions de l'Olivier

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 
Blog: 

Les années 20, Marseille dans le bas fond, un marin débarque et vit la bohème en compagnie d'autres marins qui s'enterrent dans une belle vie d'insouciance dans un vagabondage quoique la violence, le racisme soient présent, la politique, la pensée, la conscience de soi, des origines filent dans la déambulation de quartiers portuaires ou la vie déroule ses surprises et ses habitudes. Banjo marin musicien fait danser sa vie dans cette ville ouverte à cela.

Sous un reverbère

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Nuit de l'encrier qui luit depuis hier, dans un matin pas clair venu
d'une nuit blanche comme une étourdie niaiseuse, un vague à l'âme veuf
d'une fleur bleue crevée, je m'en vais sur cette place placide des
confidences fausses vous narrer le vrai ressenti qui m'est tombé dans ma
caboche de grognard dans un port ou nauséeux et splendide d'une rancune
retenue depuis des lustres d'inexistences je prêtais mon ombre à des
voyages incertains à bord de navires coureurs de mers et déposeurs de
marchandises.

Conférence sur la pluie de juan villoro (édition bilingue)

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 
Blog: 

C'est un livre court  en deux versions linguistiques, la française puis l'espagnol
C'est un conférencier qui va parler de la pluie mais voilà pas de feuilles, pas de notes, alors il enchaine, cite des écrivains qui parlent de la pluie mais aussi parle de s gens, de lui, des difficultés de sa vie, dans son travail et dans ses amours et tout cela tout en restant optimiste grâce à sa culture qui le pousse de mille façon à voir le côté lumineux de toute situations ombrageuses.

Et si nous étions libres, Annick Cherville, le courrier du livre

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 
Blog: 

C'est un long roman. Un itinéraire insolite pourtant jalonné de tout ce qu'une époque typique a produit. Une jeune fille incomprise quoique libre écrit sa vie d'adolescente et voilà-t-il  pas que cela marche pour elle. Cette réussite la rend indépendante mais la laisse navrée d'être dans un monde qui ne lui parle pas.
C'est la vie qui commence pour cette bougonne de Catherine. Elle se lance en Amérique dans une vie essentiellement sexuelle saupoudrée d'artifices puissants que donnent les drogues. Mais la conscience de la vie ne s'éclaire pas pour autant.

La Seine

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

La Seine, elle cravache sa destinée dans sa dérision, son historique et
tout le romantisme à la mord moi le coeur si tu peux, si ta mâchoire est
de la taille des outrages et des rages sourdes.

Ma mâchoire mastique ma propre peau arrachée à mes mains désœuvrées.

La Seine coule dans sa solitude apprivoisée dans les clichés de Paris qui va et rit sur les bords de ses quais.

Elle rit de toute la fraîcheur de son eau. La Seine est un linceul
volontiers doux et conserve dans sa vase les os des malmenés qui ont su

Je répéte les choses

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Je noircis dans les nuits morves les mots lourds de la combustion
chimérique, la quête d'un sourire me laisse esseulé dans la transparence
d'un temps à l'arrêt, l'amour brûle dans sa solitude entêtée, le soleil
ne brille pas pour lui, juste la nuit a des lueurs d'éclairs lointains
et vagues comme des esprits en fuite.

Chamane, j'ai des manies pathétiques, des idées hérétiques, je veux
voler plus loin que le lointain disparu et être toujours dans une grâce
d'ange édulcoré, par-delà les temps et les décors prendre des époques en

Il pleut, il pleut...

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Il pleut, il pleut et puis quoi ?

La ville est saoule, il pleut, il pleut, on s'en fout !

On s'en cogne de ce qui tombe !

Nous nous sommes vu dans les miroirs qui ricochent nos anicroches.

La pluie, elle fait sa dégueulasse de sa grisaille, nous on se délasse
dans la musique, ou qu'on aille elle nous procure l'extase !

Demain va venir comme un tonnerre !

Y'aura du monde à terre !

Je ne dis pas ça pour tous, mais sur que ça va roussir pour certains !

Appronfondissements

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

La nuit ouverte s'étend jusqu'au printemps de la Laponie, la nuit
ouverte dépasse le temps d'une saison. Cette saison qui vient d'un prés
fleuri. C'est une prairie pentue ou pousse toute sortes d'herbes.

La nuit ouverte est couverte de rêves.

Les rêves vont loin dans le désert d'une Patagonie. Le désert est une
réserve de silences bleus, si blancs de la clarté céleste et le sable
est jaune du soleil éblouissant. La lumière danse comme une amusée
emportée, elle est blanche, étincelante, jaune, ruisselante, perçante,
filante...

Flottements

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Le jour qui se couche, la nuit s'ouvre....
La nuit la lune luit, les étoiles guident le solitaire...
Le voyage des profondeurs se fait dans un souffle.
dans le désert le silence est étrange.
Dans le désert nocturne, l'air est un vent marin et les dunes des vagues.
Le regard est flottant comme un entre deux des connaissances, plus ici et pas encore ailleurs.
Le corps est flottant comme une belle âme, comme une bête certaine.
Renversement des caractéristiques et des environnements. Le voyage est là, dans la vibration de la nuit.

L'hortensia

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

L'hortensia d'Hortense voyage depuis Coblence, elle est fortunée en rêves
et en fleurs ; Hortense la croit magique car un jour de pluie elle a pris
une couleur de torrent, torrent sauvage qui glapit dans un lit de roches
grosses comme des baleines dansantes.

L'hortensia couleur torrent un jour de pluie est silencieuse, c'est une
qualité appréciée chez les fleurs, surtout quand elles sont bleus. Les
torrents bleus sont rares. L'hortensia muette, voyage commode sans
passeport, ni visa, ni pucerons. Elle déploie quelques fleurs à peines

Parfois j'oublie...

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Dans un espace de légèreté, j'accorde du temps à la respiration du monde, un sentiment de floraison dans une
belle lumière est à mes côtés avec des anges vêtus de bleus. Ils distillent leur
présence, un moment médité qui fait du bien, des perceptions et du bien
être.
Toujours ancré dans une quête quotidienne cela m'est bénéfique... Je perçois des sons et des choses.

Nous sommes dans une grande pièce qui
fait office de temple avec de belles colonnes vertes et les anges

La pluie

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Il pleut fort dans une allée. L'eau danse et donne un son de transe. Je regarde l'allée. Je la regarde d'un coin sombre. Je suis entre deux arbres, comme eux, je prend l'eau. Je suis dans un oubli. Il me suffit le son de l'eau et des feuilles qui parapluisent. Il pleut et ça me prend dans le ventre, ça me donne de l'air. Je respire du ciel. Le monde dans ce climat me donne un souffle. Je m'acclimate à cette matinée. Il pleut dans cette vallée et je regarde une allée. Elle est faite de cailloux blancs. Ils bouillonnent dans une soupe de pluie. La terre sort de dessous ses arômes.

Le prince et les moutons

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

Le prince et les moutons

Le petit prince celui qui est sur sa planète avait rendez-vous avec une rose et se retrouve devant un troupeau de moutons.

Des moutons gras et noirs, nombreux et fort comme des aigles de terre.

Le petit prince qui en a vu d'autres, ne perd pas son sang froid et royal.

Je viens de loin

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 



Je suis né dans une Afrique, un balbutiement, une chaleur. J'aime la
poussière que soulèvent le vent et les déplacements. Je vais dans le
dédale de rues en pisés. Je vais pister les consciences perdues dans les
travers des conquêtes. Je vais rouler mon âme dans un lac desséché. Je
vais chercher ce qui traîne dans mes questions et me relie au monde
comme des cordes dans des ports d'attaches.

Conseils sentimentaux

Rubriques: 
Taxonomy upgrade extras: 

La vie sentimentale est compliquée, elle dépend du mental pour lequel un
sujet sain et masculin devrait absorber un trente deux millième de son
poids d'emmental, s'il veut que sa tête soit au diapason de son corps
amoureux et si ce sujet a une soeur il doit tout faire pour taire les
propos tenant à sa vie sentimentale.

Car une soeur se mêle de beaucoup de chose, c'est un des passe-temps
très courant chez les sœurs aînées cadettes et autres. La soeur est
souvent le censeur des sentiments les plus justes, cela est dû a un sens

Pages

Subscribe to RSS - blogs