You are here

Le blog de Fox

"C'qui compte c'est pas l'issue, c'est l'combat"

Rubriques: 


le monde entier : http://youtu.be/W4LLPgmviWU

et oui le monde... toujours le monde... qui remet ma langue à la fronde

Rubriques: 


Ici je me fais un endroit
Où le dessin et l'écriture
N'ont d'autre raison d'être, tu vois,
Que de vivre leur aventure.
Ici je me remets au vers,
Je regoûte à la poésie,
Je laisse baver les pervers,
Je choisis ma ligne de vie
Et s'ils écornent mon image,
Ce n'est pas grave, moi j'ai le temps...
Je me construis à Mon image
Et c'est ça le plus important.

C'est que pour moi il y a le monde,
Et oui le monde, toujours le monde...
Y'a des enfants qu'on assassine
Et puis des droits de l'homme, en ruines,
Alors bien sûr, dormez tranquiles,
Ça ne sera pas sur fesse-book,
C'est pas un chat que l'on bousille,
Ce sont des habitants de souks...

Alors bien sûr, votre nombril,
Votre repas et votre look
Pour moi ça reste si futile
Que j'ai fermé mes face book...

Je sens bouillonner dans mes trippes
Le sang de mon ami Malik
Qui m'aurait dit : "tu sais, ces types...
En fait ils sont soumis au fric
Et dès qu'ils pensent changement,
Leur cerveau fait des ronds dans l'eau
Parce que s'ils voulaient vraiment
Comprendre où va le beau bateau
Sur lequel on est impuissants
À remonter la voile en haut...

Et bien... ils devraient, t'imagine ?
Sortir de leurs beaux draps tout blancs...
Fini les magasins d'usine...
Ils leur faudrait vivre autrement !

Je me souviens que dans les mines,
Au siècle Zola Germinal,
Il a fallu combien de crimes
Avant que résonne l'alarme ?
Il a fallu combien de temps
Pour faire comprendre aux mineurs
Qu'ensemble ils seraient plus puissants
Qu'ensemble on supporte la peur
Et qu'on influe sur les puissants,
Qu'en les touchant dans leurs valeurs,
Pas en faisant couler le sang,
Mais en visant droit dans le coeur
De leur précieux compte courant,
Qui est le fruit de nos labeurs...

Et si les patrons d'autrefois
Était les financiers d'ici ?
Et si tous on décidait là
De revenir au troc, pardi !

Toi tu fais du bon chocolat,
Moi je te donne des radis,
Combien de temps, dites le moi,
Ils tiendraient à ce jeu l'ami ?

Évidemment, c'est simplifié,
La solution je ne l'ai pas
Mais j'ose dire : j'suis indignée,
Je refuse ce monde là
Et je boycott tout ce système,
La loi du Nord contre le Sud,
Je vois en face les problèmes :
On vend des armes, on vend des scuds,
On vend des frontières fermées
Quand on n'est qu'une Humanité...
Dis moi c'qu'un enfant Sri lankais
Vaudrait de moins qu'un p'tit français ?

C'est un retour à l'humanisme,
L'humain d'abord ! L'humain d'abord !
Tant pis si on me dit gauchiste,
Il faut bien se choisir un bord...
Et ils nous ont si bien appris
Que sans argent on ne vit pas
Qu'on se demande si Lucy,
Elle a vraiment vécu... tu vois ?


Avec leur argent sur les bras
Dans des p'tits paradis sans joie,
Si nous l'argent on n'en veut pas,
Ils nous entendraient cette fois...

La vie n'est qu'un rapport de force,
Les petits l'ont trop oublié,
Ensemble on est comme l'écorce
Empêchant l'arbre de casser..."

Oui je repense à mon copain,
Malik mais oui, c'est un grand homme...
Il m'aurait dit ça c'est certain : 
"Faudra du temps... c'est qu'ils con - somment..."

À l'amitié, à Mix !

Rubriques: 
dans mes carnets, Banzaï, (à Mix et à l'amitié)


Comme on dit au Groland : Banzaï...

C'est mon côté Solo... ouais vive la rime !

Rubriques: 
Moi j'ai la liberté


Qui me court dans les veines


Et pour elle mes pieds


Se donnent de la peine.


Et dans ma poésie,


C'est mon sang qui martèle


En entraînant ma vie


Toujours droit devant elle.


Je déroule des pages,


Ribambelle de vers,


Qui actent mes voyages


Et ponctuent mes hiers.


J'écris entre deux routes,


Je parle avec le ciel


Et je fais de mes doutes


Un monde existentiel


Où j'accroche en espoir


Mon regard aux étoiles


En leur chantant le soir


Quelques mots sur la toile.




Je suis tellement libre


Que les autres m'en veulent,


Mais j'ai compris que vivre,


C'est toujours être seul...


Ceux qui ont cru me faire


L'ont payé de l'égo,


Moi ce que je préfère,


C'est le côté Solo.....


Les liens de dépendance,


La goinffrerie du moi,


Les clics de complaisance,


Les amitiés sans poids...


Je laisse tout derrière,


Je continue tout droit,


Je n'écris pas pour plaire,


J'écris pour RESTER MOI !


Dans la foire artistique,


Je trace mon chemin


À l'encre sympathique,


Et je garde l'entrain


Qu'il faut à ceux qui rêvent


D'un monde ouvert et sain


Dont le coeur se relève


En construisant demain.


Au fond d'un atelier


Je dessine MES traits


Sans chercher à pomper


Ce que le copain fait...


Alors oui, forcément,


Ne baissant pas mon froc,


Je frustre tant de gens


Que nombreux en débloquent...


On ne m'achète pas,


Et c'est cela qui vexe...


Je ne prostitue pas


Mon temps et mes affects...


Je n'écris que pour toi,


Pour oublier ta mort


Et oublier le froid


En revenant au port....







C'est tout un art, de vivre un art...

Rubriques: 
C'est un long travail sur soi-même
De ne pas être qu'en poème,
Il faut se prendre les travers,
Leur mettre la tête à l'envers
Et leur faire avaler leur fange
Sans vouloir passer pour un ange.

C'est juste exister autrement

Le videur de la nuit (extrait d'un roman à venir)

Rubriques: 
Devant le squat, rue des martyrs, y'avait un type un peu bizarre...Et j'ai compris quand le fakir m'a dit : 

- "un ex-videur de bar..." 

Épaules larges,  peau burinée, ce qu'on voyait sur son visage,  c'était avant tout son gros nez et son regard qui portait loin, comme s'il recherchait quelqu'un sur une ligne d'horizon, en n’vous laissant entre les mains que l’impression d’être un gros con. 

Le sirop de la rue

Rubriques: 
Quand j'ai le sirop de la rue 
Qui se réveille dans mon sang, 
C'est tout mon cœur qui fait sa crue 
Et qui me pousse droit devant. 
Et je me fais les avenues, 
De carrefours en grands tournants, 
Je cherche toujours une issue 
Comme je le faisais enfant. 
C'est que le sirop de la rue, 
Ça vous chatouille le dedans, 
Ceux qui souvent en ont trop bu, 
Ceux-la comprendront sûrement, 
C'est que le sirop de la rue, 
C'est le remède des perdants 
Qui ont la tête dans les nues 
Quand leurs pieds vont en s'épanchant...

Les enfants d'Solo, 12/12/2013 et si on f'sait shalala ?

Rubriques: 


Le 12 décembre, à Bobigny, ça continue... Les enfants d'Solo seront là, sur scène, pour nous chanter leurs versions des chansons de Mano, et leurs chansons à eux... Manouch K, Le fil de l'eau, Valérian Renault et Fred de Karpatt vont nous emporter, le temps d'un tour de piste, loin de l'idée que Mano n'est plus là... Allons pousser le Shalala qui fera qu'on n'est pas tous morts pour lui... Les photos du dernier spectacle en date montrent bien que des sentiments... ce n'est valable que quand ça nous unit... La preuve, l'idée des Enfants d'Solo est née dans la tête de Steeve barre et son rêve, en mobilisant les artistes de scènes aimant Mano, a pu voir le jour... Ensemble, on peut beaucoup...

Soulevez-vous les hémisphères

Rubriques: 
Réveillez-vous le globe, un peu,


Soulevez-vous les hémisphères,


La vérité nous saute aux yeux,


Pas moyen d'changer d'atmosphère.




Voyez moins court, levez les yeux,


Nous avons dépassé les bornes


Et le profit couvre les cieux


D'un voile qui devient la norme.




On en est là, un jour sur deux,


Le ciel est plein de nos voyages


Et pour la terre, moins de ciel bleu,


Moins de soleil pour l'paysage.




Êtes-vous sur votre planète,


Ou bien pas assez courageux


Pour simplement oser admettre


Et prendre en main les vrais enjeux ?




L'effet de serre, doucement serre,


Sur nos cous la corde, et le noeud,


Et nous on laisse tout se faire,


On participe même au jeu,




Alors c'est sûr, vaut mieux en rire,


Quand on s'étouffe à petits feux,


Mais moi j'vais pas manquer de dire


Qu'ça va chauffer pour vos morveux....




Quand-même... vous ne manquez pas d'air..


Faut laisser l'ciel aux amoureux,


Là ça sent l'gaz, et c'qui est clair,


C'est qu'on y gagne très très peu.




Soulevez-vous le globe un peu !


Réfléchissez une seconde,


La décroissance ça vaut mieux


Que l'asphyxie de tout un monde... 

Palace...

Rubriques: 

C'est un pari bien classe...
Illustrer un palace...
Des mots pour des photos,
Des photos pour des mots...
Ludivine et Slimane,
Et Paris qui ricane...
Et Mano pour le son,
En avant la chanson...
Et bravo l'ami !



Les jours de rentrée....

Rubriques: 
Quand venait la fin des grandes vacances,
C'était un poignard planté dans l'errance
Et la liberté toujours en souffrance
Que je rejoignais les bancs du silence.

Quand venait la fin des grandes vacances,
Pour moi ça volait le temps de l'enfance...
La rentrée c'était l'enfer en un sens,
Et moi je rêvais d'autres transhumances.

Quand venait la fin des grandes vacances,
Moi je me cherchais, c'est fou quand j'y pense,
Le moyen de me sortir de la danse...
D'échapper aux lois qui disent qu'en France,
Chaque enfant a droit à la même chance.
Les jours de rentrée, allant à potence...
J'voulais m'évader du droit à la chance...

Une frontière, c'est quoi ? (À Malik)

Rubriques: 
Une frontière, crois-moi,


Ça fait pas d'sentiment...


C'est le côté des lois


Qui tue vraiment des gens.


Une frontière, tu vois,


Ça met le monde en camps,


Ça s'appuie sur le droit


Pour séparer les gens.


Une frontière, c'est quoi


Sinon un trait d'union ?


Va comprendre pourquoi


Ils en font un bastion...


Une frontière, c'est froid


Comme un gouffre à pognon,


Oui ça tue de sang froid


Ceux qu'ça laisse marron.


Une frontière, crois-moi,


C'est dans la peur du temps,


C'est des taxes pour toi,


Et pour eux c'est l'argent.


Une frontière, c'est ça,


Que ce soit noir ou blanc,


C'est rien qu'un feu de bois


Attisé par du vent.

Comme un chat de gouttières...

Rubriques: 



Comme un chat de gouttières 
Aime faire le mur, 
J'écris des nuits entières, 
À l'ombre du futur. 

Et quand vient la lumière, 
Quand le vent frappe dur, 
Je retourne à hier 
Pour lécher mes blessures. 

Comme un chat bien trop fier, 
Je soigne mon allure, 
Mais quand vient le lumière 
Et que plus rien n'est sûr, 

Je cherche une litière 
 À ma juste mesure 
Et je rêve d'y faire 
Une vie sans ratures.

A la table du temps qui passe....

Rubriques: 
C'est jour de soupe à la grimace
À la table du temps qui passe
Où l'on avale de travers 
D'être un jour bouffés par des vers...

Venez nombreux et prenez place,
Chacun pourra laisser sa trace
En se mangeant tous ses revers
Depuis l'entrée jusqu'au dessert.

Ne prenez pas de carapace,
Ça pèse lourd avec la glace
Et ça empêche qu'on digère
Un reste du repas d'hier.

Ici venez dans votre crasse
Et sans y mettre aucune classe,
Ceux qui ont la tête à l'envers
Sont des clients prioritaires.

La poésie n'est rien

Rubriques: 




La poésie n'est rien
Qu'une voie intérieure,
Et elle se fout bien
D'avoir mille lecteurs.

La poésie n'est rien
Qu'une chanson qui pleure
Au milieu du grand rien
Qui fait les beaux-parleurs.

La poésie retient
Et délivre les heures,
Elle est ce va et vient
Qui prend tout à hauteur
Et qui n'attend plus rien
Qu'un mot sorti du coeur
Pour cracher des demains
À ses propres couleurs.

La poésie n'est rien
Qu'une question d'odeur,
Celles qu'ont tous les chiens,
Celles qu'ont les voleurs
Lui vont tout aussi bien
Que n'importe quel leurre.

La poésie n'est rien
Qu'un voyage intérieur.

On s'en trace un chemin
Sur la ligne du coeur
Au milieu d'un jardin
Où les mots sont en fleurs,

La poésie n'est rien,
Si ce n'est le moteur
Qui entraîne la faim
Sur la voie du meilleur.

Et si ça tourne à l'inconscience

Rubriques: 
Si je ramène trop ma science
Et que ça tourne à l'inconscience,
C'est que je dois suivre l'écho
De la voix qui porte mes mots.
J'ai trop bu l'eau de mon silence,
Trop navigué sur une absence,
Je ne trouve plus le repos
Que lorsque l'encre coule à flot.
Et quand un sentiment me tanse,
Quand il reste sur la défense,
Désormais je prends mon stylo
Pour l'inviter à parler haut,
Qu'il dise tout ce qu'il en pense
Et puis qu'il cède à l'exigence
En ne résistant plus aux mots
D'amour qui pèse sur son dos. 
 

Illustration d'un rêve à deux plumes, Un livre pour Fazasoma

Rubriques: 
Alors voilà, nous l'avons fait, un livre pour Fazasoma, pour le sourire des enfants et pour garder le notre aussi, même si les temps sont durs... Ce livre réunit les quatre dessins-poèmes publiés ici, et d'autre évidemment, dans lesquels nous avons essayé de retrouver un peu notre âme d'enfant pour donner ce résultat... Nous le proposons à la vente pour 22 euros, sachant que sur chaque ouvrage cinq euros (c'est à dire l'ensemble des bénéfices) reviendront à Fazasoma...

Ils ont tué un Homme (A Chokri Belaïd)

Rubriques: 

Tous les printemps rougissent,
Ils ont tué Chokri,
Ils resserrent la visse,
Mais il reste son cri.

Mais les Printemps reviennent
Toujours à l'avenir,
Et déjà quelques graines
Poussent jusqu'à Tahir.

Et de Tunis au Caire,
Tu chantes Liberté,
Que pourront-ils y faire ?
Tu marches poing levé.

Ils ont tué un homme.../...

C'est le plaisir de faire

Rubriques: 





C'est le plaisir de faire 
Qui me force à me taire, 
Les mains dans le cambouis, 
Le cœur au doute, aussi, 

C'est le désir de plaire 
Et l'envie d'en extraire 
Autre chose qu'un cri 
Qui se perdrait ici. 

Sur les pages d'un livre, 
La ligne d'une rive 
Accrochée aux dessins 
S'ouvre sur le matin, 

Il n'y a plus qu'à suivre 
L'histoire qui délivre 
Et plonger ses deux mains 
Dans cet autre demain.

Guérir (Illustration d'un rêve à deux plumes)

Rubriques: 

(Dessin réalisé par Plume)

Pour que les maux fassent silence,
On se cherche une volonté ;
On accroche un vœu à la chance
Et la plume à la liberté.

C'est un acte de résistance
À la marge et sur le papier,

Changer un peu les choses

Rubriques: 

.../...

Il nous manquait un éléphant

Un éléphant de la Savane

Avait écrit au Père Noël

Afin d'avoir une cabane

Et d'y ranger tout son bordel.

 

Il avait trempé ses défenses

À l'encre de quelques ruisseaux

Et trouvé une écorce immense

Pour y poser ces mots pâteaux :

 

"À toi le fou d'Patagonie,

Toi qui fait voler ton traîneau,

Sache qu'ici, quand je m'ennuie,

J'essaie de construire un bateau.

Je suis l'éléphant Sidonie,

Et je n'ai pas d'éléphantaux

Alors évidemment ma vie

Cherche toujours pour un radeau.

Si tu pouvais, toi, le messie,

M'envoyer un de tes cadeaux

Jusqu'en terre d'Africanie,

Ça allègerait tous mes maux.

Si tu pouvais, dans ta Clémence,

M'envoyer comme un gros hangar,

Ça serait vraiment une chance....

J'attends ta réponse ce soir."

 

Je suis jardinier au pays des mots

Je suis jardinier au pays des mots,

Je viens y planter des pieds d'artichauts

Et j'aime enlever tous les asticots

Qui sont prisonniers, là dans mon râteau.

 

Je suis jardinier au pays des mots,

Moi je suis payé à souffler le chaud

Et le froid au nez de mes haricots

Pour qu'ils poussent bien, pour qu'ils poussent haut.

 

Être jardinier au pays des mots,

Oh je le sais bien, que c'est pas bateau,

Mais ça me convient, je crains tant les flots

Et mon pied marin n'est pas vraiment beau.

 

J'aime cuisiner la terre et son dos,

J'aime y raturer le sol et sa peau,

Et faire monter, au sein de l'enclos,

Le son d'un métier qui m'est tout nouveau.

Vous qui passez par-là...

Rubriques: 

Vous qui passez par là, y'a un moment, des fois, que j'me dis mais pourquoi ? Pourquoi vous n'postez pas ? Y'en aurait pas un seul qui aurait de la gueule ? Juste des yeux pour voir, et pas de p'tite histoire ? Juste en main la souris pour mater le vernis ? Qui donc ? Qui donc ici n'envoie pas tous ses cris ? Qui se retient la tête ? Qui n'ose pas ? C'est bête. Il ne faut pas grand chose, pour envoyer la dose. Un stylo, un pinceau, la photo ou la gratte... L'envie de parler haut quand au fond ça nous gratte... Pardonnez-moi ces mots mais il fallait qu'ils sortent... Moi je suis grande gueule. J'ai cessé d'être morte

Sortir sa voile et s'échapper (Illustration d'un rêve à deux Plumes 2)

 

Sortir sa voile et s'échapper,

Laisser souffler le vent mauvais,

La mer à nos pieds qui s'étire

Accroche à la plume un sourire.

 

À la dérive, garder le cap,

La feuille fait comme une nappe

Où l'on dépose des agapes,

Des souvenirs qui nous attrapent.

 

Et quand nous voguons sur les flots,

Croisant soudain la bonne étoile,

À l'horizontale il nous faut

Monter à l'assaut de la toile.

 

Et bien en face, il faut des mots,

Pour voir dans l'eau quand on y nage,

Ouvrir son cœur aux idéaux

Et tendre une main de passage.

 

Ouvrir son cœur à tout jamais,

C'est l'acrocher à un nuage

Pour ne jamais le refermer

Quand tout nous pousse à l'abordage,

 

Ouvrir son cœur, jusqu'à la fin,

Et tant pis pour le temps qui passe,

Ouvrir le cœur, et nos deux mains,

C'est s'échapper de nos impasses.

Dessin réalisé par Plume.

Mener sa barque (Illustration d'un rêve à deux plumes

Rubriques: 

 

Dessin à l'encre de Chine, réalisé par Plume

C'est le cœur d'un rébus

Qui nous porte à la vie,

Il ne faut rien de plus

Pour nous donner envie.

Et sur le fil de l'eau

L'embarcation précaire

Nous conduit, du ruisseau,

Au rêve interstellaire.

C'est du vent dans le dos,

Et c'est du temps qui claque.../...

 

Juste un petit poème (Qui se voudrait chanson)

Rubriques: 

Juste un petit poème,

Qui se voudrait chanson,

Juste quelques phonèmes

Posés sans prétentions.

Juste un petit poème

Qui chante sur six pieds

Quand le ciel est tout blême

À la fin de l'été.

Juste une ritournelle,

Un mot et puis un mot,

 

La Rose a des épines

Rubriques: 

C'est le chant du moment

Qu'on nous sert, en comptines;

C'est un air dans le vent:

La rose a des épines.

Et ça monte et ça prend

L'ampleur de l'overdose,

Leur fleur tue le printemps

À défaut d'autre chose.

Et sur les campements

Elle se déracine

En singeant bêtement

Ceux qui voient bleu marine;

Qui a dit "L'important...

L'important c'est la rose"?

C'était certainement

En des temps moins moroses.

Simple passant du temps présent

Blog: 
Rubriques: 

Je n'ai pas d'âge, pas de nation, pas de bagage et pas de nom. Simple passant du temps présent, je n'appartiens qu'à mes chansons. L'identité est un carcan dont j'ai cassé tous les contours. J'erre sur terre, aimant passer par à peu près tous les détours. Je suis un simple voyageur posant ses pieds un peu partout, et si demain me mène ici, c'est que j'en aurais fait le tour. Il se peut même, les soirs de peur, que mon ici me trouve ailleurs.... Mais c'est alors que je me perds, et que mon voyage se meurt.

Dans ma chemise, pas de papiers, ni dans mes poches... vérifiez ! Moi je ris au nez des frontières, et je pisse au pied des armées. Simple passant sur cette terre qui se fabrique des bunkers, je continue sur mon chemin, et je fabrique des refrains.

Je n'ai pas d'âge, pas d'ambition, pas d'autre adage...

Evolution...

Pages

Subscribe to RSS - Le blog de Fox