You are here

Blogs

05/11/09 : Neerpelt

Je retrouve mes petits élèves, nous reprenons nos marques tranquillement... Aujourd'hui j'ai un élève de plus : c'est Gaspard, dont les parents, qui font partie de la compagnie "Bibendum Tremens" sont installés non loin de nous. Les deux troupes se sont déjà rencontrées plusieurs fois, parents et enfants ont sympathisé et Didier m'a demandé si ça m'embêtait d'accueillir Gaspard, qui a quatre ans, avec Hubert et Firmin. Les copains sont tout contents de se retrouver et le niveau sonore va être souvent assez élevé, du côté des petits !

Sailing The Styx

Un grand salut à toutes les personnes qui passent par ici,

je vais déposer ici quelques chansons qui datent un peu en espérant que vous preniez plaisir à les écouter.

04/11/09 : Neerpelt

Une nouvelle tournée commence. Nous partons en Belgique, très exactement en Flandres, à Neerpelt. Pas loin de 650 kilomètres à parcourir, et des journées très courtes en ce mois de novembre, le départ est prévu à 7h30. Heureusement la lune est quasiment pleine et nous éclaire quand nous nous levons et sortons du camion. Bruno vient avec nous sur toute la tournée, nous sommes arrivés hier pour être sûrs de ne pas avoir de retard. J'ai retrouvé mon camion très humide : on sent qu'il n'a pas été chauffé pendant trois semaines. Tout était recouvert de condensation, le pire étant dans la cabine où je dors : la matelas n'était pas vraiment sec, d'autant plus qu'une petite infiltration d'eau a tendance à le mouiller dans un coin. Nous avons donc décidé, pour cette nuit, de dormir en bas, sur la banquette qui forme un U autour de la table : en ajoutant des lattes, ça se transforme en lit. L'humidité a surtout eu raison de nos jolies statues en pâte à sel, que nous étions censés peindre sur cette tournée : j'avais oublié que la pâte à sel, même bien cuite pendant tout une journée, peut se réhumidifier... ce qui la rend très fragile... voire toute molle... Les statues se sont toutes effondrées et sont inutilisables, je suis bien obligée de me rendre à l'évidence : la poubelle est leur seul avenir...

ptit homme

c est l histoire de ce petit homme
qui ne sais pas trop ou aller
alors avec son sac et quelques pommes
il part enfin sans ce retourner
il a toujours rêver d une vie d'artiste

Choix du sexe

Jadis et quelque part

Jadis, il y a très, très longtemps un chevalier, barbu, taiseux traversait une montagne perdue, il était triste, triste. Soudain un chat ébouriffé comme une forêt, ricanant comme un chacal, noir comme un corbeau se mit au milieu de son chemin. Le cheval à l’allure fatigué s’arrêtant devant ce personnage hirsute.

billet publicitaire

après avoir brièvement échangé avec Mano sur fb, et vu qu'on a son aval pour faire un peu de promo qui pourrait aussi être une valeur ajoutée au site, je me lance en proposant ce post de pub perso. je fais de l'image, pas mal de choses différentes.

le site est quasi bouclé, reste deux trois bricoles ainsi que la partie rédactionnelle à faire. enjoy. (ou pas)

mon portfolio

Arman Melies

http://www.youtube.com/watch?v=bn196P0e46k

J'espère que personne ne m'en voudra de faire de la pub pour un autre artiste. Mais j'adore ce type.

les moutons

tous le monde peut etre ranger proprement dans des casiers bien distinct
plus de personalité,plus d ambition juste le paraitre

chacun son truc

mon fils a dix mois et j'adore aller me promener avec lui dans la ville. Mais ma ville est une p'tite ville alors dans nos chemins de prom'nades des fois souvent il y a des arbres alors j'lui montre les grands arbres les chênes qui ont plus de mille ans j'y crois mais mon fiston lui il préfère les p'tits arbres avec du vent dans les feuilles !

bouffer la vie

Allez viens on va la bouffer la vie, les autres ont décidé de vivre sans nous comme si de rien n'était, tan pis pour eux, Vivons sans eux.

p'tain

p'tain mano solo c'est vach'ment bien tes chansons
p'tain c'est tellement bien
p'tain
quand j't'écoute ça m'donne du courage pour être bien
p'tain je t'aime mano
p'tain ça m'donne de l'envie

Contes du soltice

Il était une fois par une chaude journée quelconque, une sorcière très vilaine et très très colérique, vainement prés d’une rivière asséchée, elle cherchait un crapaud purulent pour parfaire une recette destinée à ne sais-je quel mécréant et vils personnage cependant très riche car la vieillarde vendait à prix d’or ses potions maléfiques au-delà de toute description.

Levi Strauss

Forêt vive

La lune souveraine des sentiers de nuit claironne sa lumière palie dans les taillis sauvages. Au fond de cette vallée, une rivière au son frappant guide le promeneur égaré ; il y trouve une fraîche senteur enveloppante. Les ombres se disputent en confusion les silhouettes des pins printaniers. Craquent ici et là les brindilles et les branches perdues sous les pattes d’animaux alertes. Prendre l’air dans cette colline domaniale donne du frisson. Le vent secoue de caresses prenantes les feuilles. Elles frétillent allègres et captives.

12/10/09 : Départ de Vallet

Voici arrivé le dernier jour de cette première tournée. La matinée est vraiment speed : pendant que les autres démontent le chapiteau, nous vivons nos derniers moments de classe. Faute de perforatrice, je n’avais pas pu classer le travail des enfants au fur et à mesure, j’ai donc une tonne de feuilles à ranger dans les différents cahiers, classeurs etc.

11/10/09 : Vallet

La journée commence avec le « marché » : un ami de Didier, producteur bio, vient nous proposer différents légumes.

quelqu'un

Je suis un homme libre, libre de penser, libre d’exister à ma façon.
J’emmerde tout le monde et même des fois je m’emmerde moi-même.

Batchass + NostressPeople cherchent dates live pour 2010

"Batchass s'associe à deux VJ pour les futurs concerts. La science digitale de 'no stress people' crée un univers dans lequel le son et la lumière interagissent intimement. Artiste pionnier dans l'art digital et lumineux, Michael maîtrise la lumière comme une peinture entièrement modulable."

"L'art de peindre avec de la lumière, la réalité en toile de fond."

10/10/09 : Vallet

Aujourd’hui nous allons à Nantes. Nous prenons mon ami le Master, c’est Bruno qui conduit, bien entendu (je sais, je sais : je suis une grosse dégonflée). Il y a une chose qui nous marque immédiatement à Nantes : c’est LA ville des ronds-points. Incroyable… Je n’en ai jamais vu autant au mètre carré. Pour arriver jusqu’à notre destination, on s’en tape une trentaine, au bas mot. Et là où ils sont particulièrement forts, c’est dans la série « ronds-points collés » : vous avez deux ronds-points juste l’un après l’autre, à dix mètres d’écart ! Vous pensez que j’exagère, n’est-ce pas ? Alors jetez donc un œil à la photo aérienne suivante :

Pages

Subscribe to RSS - blogs