You are here

Flers : 11/11/11

Primary tabs

Rubriques: 

Mardi nous commençons fort, avec une sortie dès le matin. Direction le Château de Flers, qui est situé à environ... une minute à pied du campement ! Nous observons d'abord le château de l'extérieur, avec ses deux parties bien distinctes, construites au XVIème siècle pour la plus ancienne :

et au XVIIIème pour la seconde :

Les enfants retrouvent des mots bien connus (gargouilles, meurtrières, cadran solaire...) et Gabrielle remarque des coquilles Saint-Jacques : "comme Saint-Jacques de Compostelle!" Voilà une chose qu'ils auront retenue quand je m'en irai ! Pour ma part j'apprends un nouveau terme d'architecture : les petites excroissances que vous pouvez voir sur les pentes autour du cadran solaire sont appelées des "choux frisés". Je ne connaissais pas !

Le château, vendu en 1901 par la famille Schnetz à la ville de Flers, accueille aujourd'hui les collections permanentes du musée. Nous sommes des petits privilégiés car en principe le musée ferme le 30 octobre. Nous visitons donc les coulisses de ce "démontage" (certaines salles, impossibles à chauffer, ne peuvent accueillir d'oeuvres en hiver sans risque de dégradations).

Céline (la femme qui nous accueille, non non je ne parle pas encore de moi à la troisième personne ! ) présente un petit jeu aux enfants : chacun reçoit un détail de tableau, qu'il faudra retrouver tout au long de la visite.
Beaucoup de représentations animalières dans ce musée, et en particulier de vaches ! Nous commencerons avec Firmin et le tableau "Boeufs dans un fourgon" (Lucien Schmidt, 19ème siècle) :

Et dans un style un peu moins naturaliste, Hubert avec "Angelette", de Didier Avenel (20ème siècle)

et Augustin avec "Mam'Zelle et Juju" (même auteur).

Toujours dans les animaux, Gabrielle trouvera "Six souris" (Jean Chaudeurge, 20ème siècle)

et Luisa ce "Lion assis", faïence de Lunéville.

Le détail de Léon fait partie de l'oeuvre de Jean-Victor Schnetz, qui a vécu au 19ème siècle et était... le frère du propriétaire du château. Si vous observez son buste, il n'avait pas l'air de rigoler tous les jours...

Ceci dit je dois dire que j'ai aimé certains de ses tableaux, en particulier celui-ci, intitulé "Jérémie" (Hé, on a retrouvé Vincent Cassel !!! Non ?... C'est moi qui hallucine vous croyez ?...) :

Léon retrouvera son détail dans "Capucin médecin" :

Deux autres de ses tableaux retiendront notre attention :"Bûcheron et la mort"

et "Mort de Jacob" ( que tous les enfants ont adoré, je ne sais pas pourquoi!)

A la fin de la visite, chacun choisira le coloriage d'une des oeuvres vues, et au boulot !

Cette semaine est un peu particulière puisque nous enchaînerons quatre spectacles et qu'ils ne sont pas achetés par la ville. Ce sont donc des spectacles "à la recette" : en gros, c'est à la Famille Morallès de prendre en charge la publicité (d'où les énormes affiches vues sur les panneaux publicitaires, que j'ai prises en arrivant), et ils gagnent les sous des places qu'ils ont vendues. Il y a donc une petite pression supplémentaire !
Le premier spectacle a lieu jeudi soir, comme d'habitude je garde Marius, qui est bien fatigué ! Il se traîne et n'a même pas l'énergie de chercher toutes les bêtises possibles à faire dans le camion. Il reste collé à moi et veut des câlins, à un moment je m'assieds par terre, jambes écartées, et il se met entre mes jambes, contre moi (donc face à mes pieds). Il n'a apparemment pas envie de jouer, je lui ai chanté à peu près toutes les chansons de mon répertoire... et là il a l'air intrigué par mon pied qui bouge. Je pars donc dans un véritable "one foot show", avec le pied qui parle tout seul d'une voix de fausset, le pied qui chante, et puis le deuxième pied qui arrive mais avec une voix beaucoup plus grave, et les voilà tous les deux qui discutent et chantent et font des blagues... Mine de rien c'est mieux que la télé, et ça le tiendra captivé près d'un quart d'heure ! J'en retire deux conclusions :
1) C'est fou les trésors d'imagination qu'on peut déployer pour occuper un petit enfant.
2) Heureusement qu'il n'y a pas de caméra dans mon camion car je finirais en HP !
Vendredi nous ne ferons école que le matin car il y a un spectacle l'après-midi (en plus nous sommes le 11 novembre, n'exagérons pas trop si nous ne voulons pas subir une révolte ! ). Levée tôt, dehors il n'y a encore personne, je décide d'en profiter pour aller vider mes toilettes tranquillement. Encore que, après plus de deux ans, je dois bien vous avouer que j'ai passé un cap et que je me fiche complètement de croiser quelqu'un, je ne suis plus gênée par ça ! Et tant mieux pour moi, puisque je tombe sur... Bernard qui revient de la boulangerie. Nous discutons deux minutes tout bas, devant la chambre de Firmin qui est réveillé et nous entend. Il se met donc à taper au carreau "Ouh ouh ! Bernaaaard ! Céliiiine ! Bonjooouuur !!!". Nous répondons, avec force mimiques et doigts sur la bouche : "Bonjour Firmin ! Mais chut ! Ne fais pas de bruit ! Il y a peut-être des gens qui dorment dans ta caravane !" Et lui "QUOI ?! JE NE VOUS ENTENDS PAS !!!"
Bon... si quelqu'un dormait encore chez lui, ce n'est plus le cas ! XD
Bernard repart vite chez lui, et moi de mon côté. Quand je repasse Firmin est toujours à la fenêtre, cette fois avec Marius. Ils me font coucou et je file chercher mon appareil parce que c'est vraiment trop mignon...

Aujourd'hui le spectacle est à 16 heures, et à la fin nous restons un bon moment sous le petit chapiteau, où Marlène et Max (les enfants de Bernard et Sylvie, donc) tiennent un bar. Je rentre dans mon camion crevée, avec l'impression qu'il est deux heures du matin, et en fait... il n'est même pas 23 heures ! Forcément, quand on commence à boire des bières à 18 heures... Heureusement pour moi c'est le week-end... même si nous ferons un petit quart d'heure de "fausse école" demain en début d'après-midi, pour les besoins d'un article à paraître dans Ouest France (la journaliste était venue nous voir le jour du montage mais ses photos n'étaient pas suffisamment bonnes) !