You are here

Montagne

Primary tabs

Rubriques: 

Oh comme on se retrouve, montagne secrète. Tu es si jolie dans ton manteau d'automne

Je te reconnais

Je suis calme en allant vers toi

Je suis impatiente

Je viens dans mon silence

Toi et moi seulement.

 

J'ai mis mon jean bleu, des boots et une vieille chemise, il y a quelque chose d'élégant dans ma tenue, je ne serais dire quoi exactement

Je pars, je n'ai rien sur moi. Si, mes clefs de voiture et mon téléphone qui ne capte pas. Je n'ai pas d'eau, pas grave si j'ai soif

Je pars maintenant. Personne qui me connait ne sait précisément où je me trouve, aucun ami ne pourrait dire l'heure à laquelle je suis partie ni celle de mon retour. Je suis, pour un instant seulement, une fille disparue.

Je pars enfin, un frisson me traverse, je n'ai rien à craindre je le répète, rien ne me fait peur même sans mon cheval, je pars, mordant le désir d'avancer, j'y vais.

 

Mes pas commencent dans la vallée, je regarde autour de moi

Je reconnais tout

Les boules de foin abandonnées, l'herbe toujours verte, les nuées d'oiseaux qui sortent des fourrés

Je vois encore

Au fond les grandes montagnes qui sont déjà blanches

Leurs petites soeurs encore nues

Le ruisseau qui coule dans un imperceptible psss..

La maison qui a poussé toute seule au milieu de cela; je pense aux gens qui ont choisi de vivre dans ces pierres, et puis non tiens, je ne pense pas, j'avance plutôt, je me dis: accélère

Petit à petit je m'enfonce dans la forêt, j'entends les cloches des vaches

A gauche peut être

Je ne sais même pas

Je n'ai pas envie de savoir

Je localise assez de choses par ailleurs

Je laisse ce son m'envahir c'est tout.

 

Peu à peu le chemin se resserre et la pente s'accentue. Je ne ralentis pas. Ca me fait mal aux jambes de conserver le rythme de mon pas

Pourtant j'insiste pourquoi? Pourquoi justement ne pas prendre son temps? pourquoi chercher la douleur pourquoi

Voyez roches solides comme je suis là, sentez chênes et sapins, vieilles cabanes de pierres ma présence , respirez mon souffle qui s'accélère, battez vos branches dans mon pouls.

 

Montagnes

Vous m'avez, il fût un temps, donné la chance vous apprivoiser un peu, vous m'avez offert beaucoup. Laissez moi encore quand il me reste du temps, le vrai bonheur d'un moment avec vous. Merci pour l'émotion en tout cas.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Portrait de Jiaime

Jiaime

Portrait de kathleen

kathleen

Portrait de mix

mix

Portrait de kathleen

kathleen

Portrait de mix

mix

Portrait de Douceur

Portrait de kathleen

kathleen

Portrait de Dreux patrick

pentrick

Portrait de kathleen

kathleen

Portrait de Jiaime

Jiaime

Pages