You are here

Montigny-lès-Cormeilles : 22/11/11

Primary tabs

Rubriques: 

Nous voici à Montigny -lès-Cormeilles, pour la dernière tournée de cette année 2011. Pas de photos du voyage cette fois-ci car je rejoins les autres directement là-bas. Me voici à peine arrivée que Didier me dit d'un air très innocent "Au fait, je me demandais, toi ça ne te le fait vraiment pas de conduire en région parisienne ?" Je réponds "Euuuuh... non, mais alors pas, vraiment pas du tout ! " XD
La question, comme je m'en doutais, n'était pas désintéressée : il voudrait emmener les enfants voir la répétition générale du 50ème Gala de l'Union des Artistes, demain, sous le chapiteau Grüss qui est installé au bois de Boulogne.

Ce gala rassemble diverses personnalités plus ou moins connues, venant d'horizons divers (cinéma, théâtre, chanson, danse, mode, télévision...) et présentant des numéros de cirque. Il a lieu chaque année, ce sera demain la cinquantième édition (le premier a eu lieu en 1923 mais il y a eu quelques années vides). Le mieux que je puisse faire est d'accorder le "droit de sortie" aux enfants et de les accompagner... mais c'est Didier qui conduira !
Je ne traîne pas trop et me mets vite au rangement du camion et à la préparation de la classe : demain montage et école à 8h30 !
Pourtant, lundi matin, ce n'est pas vraiment à 8h30 que ça commencera à bouger dehors. En effet, à 7h45, j'entends un drôle de bruit sur le campement, un peu comme celui d'une tronçonneuse. Curieuse, j'écarte le rideau et passe la tête par la porte pour comprendre d'où ça vient, et là... Qui est en train de faire je ne sais quoi avec l'espèce de marteau piqueur qui sert à enfoncer les pinces dans le sol ?... Qui ne supporte pas que certains puissent encore dormir alors qu'il est levé depuis deux heures ?... Je vous laisse deviner ! XD

Nous partons donc juste après le repas pour le Gala de l'Union. Ce que j'ignorais, c'est que le spectacle est vraiment très long : pas loin de trois heures ! Heureusement il y a un entracte entre les deux ! Je ne ferai pas de photos des numéros car... vous allez vite comprendre... Voilà la seule photo que j'ai faite des enfants !

Les lumières ne permettaient vraiment pas d'obtenir quoi que ce soit avec mon petit appareil... Notons quand même les jolies décorations, car c'était un très beau lieu !

Le spectacle commence avec un numéro de "roue de la mort" présenté par Bruno Solo : vous savez, c'est cette espèce de "roue de hamster" dans laquelle on marche. Il y en a deux, elles sont fixées autour d'un axe... Bon, une image vaut mieux que de longs discours, pour ceux qui ne connaissent pas en voici une (ici : les Granadeiro Brothers au 7ème Festival de Grenoble) :

Or donc, ça monte quand même assez haut, et voilà que d'en bas, assise sur mon fauteuil, le vertige me prend : j'ai hâte qu'il descende !
Dans l'ensemble le spectacle me plaira beaucoup, et c'est drôle car je sens le fossé entre les gens comme moi et les artistes, dans la façon de l'appréhender. Les artistes (Didier et Julie, la copine de Pierre-Yves, qui est venue avec nous) jugent beaucoup plus les numéros sur un aspect technique ("est-ce que c'est dur à faire ou pas", en gros), tandis que je me laisse davantage éblouir par la mise en scène (même si c'est parfois un peu du flan!) et par le courage dont certains font preuve (notamment ceux qui sont haut !). L'entracte est bienvenu et les enfants vont se dégourdir les jambes en goûtant car il est déjà 17 heures.

Hubert est un peu déçu car il aurait voulu voir plus de numéros avec des animaux : il m'affirme avoir vu la trompe d'un éléphant dans les coulisses, et il a attendu son éléphant pendant tout le spectacle ! Pour ma part je me taperai un fou rire vers la fin du spectacle, quand je tilterai enfin que le thème du spectacle était le cinéma. Ceci dit Didier aura le même retard que moi... on n'est pas des rapides ! "Ah mais c'est pour çaaaa, Austin Powers, Les Blues Brothers, le Charlot etc..." XD
A part le numéro de roue de Bruno Solo, notons Dominique Pinon, excellent en fakir un peu taré, et Natalie Dessay qui a fait un très beau numéro de cerceau, assez haut et sans longe : il fallait oser !

Nous sortirons finalement après 18h30, et nous serons de retour au chapiteau un peu avant 20h (ce n'était pas exactement la bonne heure pour prendre la route à Paris!). Du coup je veillerai tard le soir (enfin... encore plus tard que d'habitude, quoi!)
Mardi la journée est un peu particulière puisque sous les deux chapiteaux ont commencé les ateliers. Toute la semaine, des enfants des écoles et centres de loisirs de la ville défileront pour s'essayer aux différents domaines du cirque : jonglage avec Bastian, fil avec Jean, acrobaties avec Julie, équilibre sur planche à rouleau et monocycle avec Carole, et trapèze avec Hélène et Sylvie (j'espère que je n'ai oublié personne!). C'est un rythme vraiment fatigant pour eux (je connais bien ça pour avoir fait des rencontres avec d'autres classes quand je n'étais pas encore chez les Morallès : refaire encore et encore la même chose toute la journée, en répétant les mêmes consignes tous les quarts d'heure, c'est épuisant!), et je pense qu'ils seront bien crevés à la fin de la semaine (ils le seront déjà dès le premier soir, d'ailleurs!).
Je suis moi aussi à peu près dans le même état, j'ai bossé trop tard cette nuit et la journée sera bien longue. Le soir après l'école j'arrive à me motiver pour aller faire des courses car je n'ai plus rien de frais à manger. Je devais me joindre à Carole, Bastian et Julie qui y allaient à pied, mais ils sont partis sans moi. Ne voulant pas les retarder car j'avais une chose à faire avant de partir je leur ai dit d'y aller et que je les rejoindrais, mais en fait je ne les retrouverai jamais ! J'ai compris globalement où était le centre commercial (mais seulement globalement... là est le problème...), j'avance donc dans cette direction mais me trompe à une intersection... En plus la nuit est tombée, ce qui n'arrange rien... Et pour finir, à un moment je marche sur un carré de carrelage qui s'est décollé de la chape en dessous... Et là je m'étale comme une bouse sur le trottoir, avec option grand écart ! Bilan : à moitié paumée, super mal au genou... je vis un moment vraiment nuuul ! XD
Je finirai par trouver le centre commercial, mais c'est bien morose et en boitant que je ferai mes courses. Je suis donc de très mauvaise humeur, et décidée à rester dans mon marasme. Et puis les rayons sont trop grands, et puis la société de consommation c'est naze, et regardez-moi ces pommes dignes de Fukushima... (ceci dit, à ma décharge, je les trouve tellement vertes et "cirées" que j'en prendrai une en photo en rentrant... vous n'allez pas me dire que vous trouvez ça sain et naturel, cette pomme ! On dirait une fausse !)

En rentrant je m'aperçois que j'ai oublié un des petits cadeaux que j'avais achetés pour Gabrielle (elle fête son anniversaire samedi), sans doute à la caisse. Bon... de toute façon rien qu'à voir mes sacs de courses on voit tout de suite que ce n'est pas la grande forme : acheter en même temps des M&M's, des Flamby et un Père Noël Kinder est le signe indéniable d'une profonde dépression ! XD

Pour achever cette mauvaise soirée, je n'ai toujours pas de nouvelles d'une bonne partie des profs des enfants, or je peux improviser un jour ou deux, mais plus longtemps ça devient compliqué (et surtout je sais ce que ça veut dire : je vais encore devoir speeder à la fin de la tournée pour faire en deux jours le travail d'une semaine...). J'écris donc un mail de rappel aux concernés en essayant de rester cordiale, mais j'ai comme une désagréable impression de déjà-vu, et la sensation que de quelque façon que je m'y prenne, ce problème de manque de réactivité des premiers jours ne s'améliore pas...
Allez, hauts les coeurs, ce n'est qu'un mauvais moment à passer, je le sais bien... Et puis j'ai quand même un bien joli paysage en face de moi pour terminer cette soirée...