You are here

dimanche, 8 May, 2016 - 10:14 ENDEHORS
Rubriques:

Laissé  par terre, aussi froid que le sol en béton trempé, il ne bouge plus.

 

Nu sous le regard des gens qui ne s'arrêtent pas,

aussi nu que l'arbre et le sol, blessé à terre.


Ouvert en son milieu, comme débraillé,

dépouillé du corps qui l'avait porté, abandonné

comme une vieille peau, usé.

Il ne bouge plus. Je m'arrête sans m'approcher,

il pourrait me mordre de toute sa nudité.

jeudi, 28 April, 2016 - 19:21 ENDEHORS
Rubriques:
Blog:

Comme une peau retournée, la chair à l'air, les mots de l'intérieur vers l'extérieur. Un corps de mots. Le corps à l'air dans le flot des mots.


Silence violent.


vendredi, 13 November, 2015 - 00:32 mix
Rubriques:
3 commentaires


jeudi, 27 August, 2015 - 00:31 mix
Rubriques:




  alors tes mots me portent
  m' emmènent avec moi

  la vie reste une promenade
  accompagnée maintenant



 
jeudi, 12 February, 2015 - 02:31 Mr Mojo
Rubriques:
1 commentaires
Des mots
Des mots et des images
Des pleurs et des rires
Coulent le long des murs
Petit
Je me sent 
Si petit
Si frêle 
Sans repères en ce monde
Cœur serré
J'avance
Sans réfléchir
Vagabond du Soleil
Larme a l’œil 
Sourire aux lèvres
Le cœur lourd
Les mains usées
Tourbillonnent
Devant mes yeux
Les folies de la route
Les rencontres
Inattendues
lundi, 26 January, 2015 - 03:12 Fox
Rubriques:


Mais tremblez, bonnes gens, 

dimanche, 18 January, 2015 - 08:31 Fox
Rubriques:
2 commentaires


 On s'est construit entre les murs 

Et sur le dur des grandes dalles, 
 Les bâtiments faisaient armure, 
Et ça nous collait au moral. 
 On a grandi sans être sûrs 
 Qu'il faille un jour que l'on s'en aille,
 Comme on regarde le futur 
 Au travers d'un grand feu de paille. 
 On est partis sans êtres mûrs 
 Et préparé pour la bataille, 
 En se blessant par les chaussures, 
 En se disant : "Vaille que vaille". 
 Souvent on a pris des coups durs 
Qui ont creusé dans notre faille, 
Mais sans oser avouer l'injure, 
Sans pouvoir sortir le son aïe. 
mercredi, 31 December, 2014 - 15:15 mix
Rubriques:
1 commentaires


mercredi, 19 November, 2014 - 05:24 Fox
Rubriques:
2 commentaires

vendredi, 7 November, 2014 - 06:16 Fox
Rubriques:
1 commentaires


Toi qui pars au travail 
Le coeur lourd de fatigue 
Et le sang en bataille 
Qui menace la digue.
Toi qui pars au travail, 
Toi qui n'est pas Rodrigue, 
Ça va faire un bon bail 
Qu't'es plus le fils prodigue. 
Sur ta pomme d'Adam, 
Le noeud de ta cravate, 
Il est comme tes dents : 
Serré sur ta vie plate. 
Et comme un automate, 
Tu affrontes le vent 
Des matins qui s'déboîtent 
En te rentrant dedans. 
Et tu fais ton chemin 
Sans relever la tête, 
L'âme en puit de chagrin, 
Le corps en épuisette.
Tu ne vois plus demain, 
Tu es dans la tempête 
Et souvent dans tes mains 
Tu recomptes tes dettes. 
Alors serrant les poings, 
Triste dans ta cachette, 
Tu repars le matin, 
Sans espoir de conquête. 
 Et tu fait ta journée 
En massacrant tes rêves, 
Sans bien conscientiser 
Que t'es le porte glaive 
D'un système où bosser 
N'est rien qu'un tire-sève, 
Dont le porte monnaie 
Joue à télé relève. 

 Toi qui vas au travail 
Avec la mort dans l'âme, 
Comme va le bétail 
Quand la P.A.C le condamne, 
Sache qu'il reste encore 
Une place à se faire 
Sans finir dans l'décor 
D'un monde sans repères ; 

N'attends pas que ton corps 
Soit détruit par tes nerfs, 
Résister c'est si fort 
Que ça te rend de l'air. 

Et un jour de trop plein, 
Ose croire en toi-même, 
Envoie valser très loin 
Tous tes bons vieux problèmes : 

Ose te demander 
Ce que tu voudrais être, 
Et quand tu as trouvé : 
Fonce droit vers ta quête....

Pages

Subscribe to