You are here

lundi, 21 April, 2014 - 08:40 Fox
372 lectures
Rubriques:
Je ne suis plus l'Écho


De mes sombres Narcisse,


Je ne suis plus l'égo


(L'Alter en coups de vices)


Je ne suis plus l'enfant


Qui se livre en poème


En parlant sentiments


Pour un jour de "je t'aime".


Je ne suis plus l'appeau


Des oiseaux de passage,


Je n'ai plus, sous la peau,


La passion des mirages.


Je n'ai plus dans le sang


Qu'une vague colère


Aux reflets océans


Qui chantent pour la terre.


Je n'ai plus de chagrin,


Les jours où je suis triste,


Je m'sers de mes deux mains


Et j'vis la vie d'artiste,


Des cyclopes, au matin,


Des cafés coups de gomme...


Ça fait vraiment du bien


Les jours où ça bourdonne...


J'ai grandi maintenant,


Je ne suis plus grand chose,


Mais c'est ça, sûrement,


Une métamorphose....

mercredi, 26 March, 2014 - 07:15 Fox
3,926 lectures
Rubriques:
7 commentaires


Ici je me fais un endroit
Où le dessin et l'écriture
N'ont d'autre raison d'être, tu vois,
Que de vivre leur aventure.
Ici je me remets au vers,
Je regoûte à la poésie,
Je laisse baver les pervers,
Je choisis ma ligne de vie
Et s'ils écornent mon image,
Ce n'est pas grave, moi j'ai le temps...
Je me construis à Mon image
Et c'est ça le plus important.

C'est que pour moi il y a le monde,
Et oui le monde, toujours le monde...
Y'a des enfants qu'on assassine
Et puis des droits de l'homme, en ruines,
Alors bien sûr, dormez tranquiles,
Ça ne sera pas sur fesse-book,
C'est pas un chat que l'on bousille,
Ce sont des habitants de souks...

Alors bien sûr, votre nombril,
Votre repas et votre look
Pour moi ça reste si futile
Que j'ai fermé mes face book...

Je sens bouillonner dans mes trippes
Le sang de mon ami Malik
Qui m'aurait dit : "tu sais, ces types...
En fait ils sont soumis au fric
Et dès qu'ils pensent changement,
Leur cerveau fait des ronds dans l'eau
Parce que s'ils voulaient vraiment
Comprendre où va le beau bateau
Sur lequel on est impuissants
À remonter la voile en haut...

Et bien... ils devraient, t'imagine ?
Sortir de leurs beaux draps tout blancs...
Fini les magasins d'usine...
Ils leur faudrait vivre autrement !

Je me souviens que dans les mines,
Au siècle Zola Germinal,
Il a fallu combien de crimes
Avant que résonne l'alarme ?
Il a fallu combien de temps
Pour faire comprendre aux mineurs
Qu'ensemble ils seraient plus puissants
Qu'ensemble on supporte la peur
Et qu'on influe sur les puissants,
Qu'en les touchant dans leurs valeurs,
Pas en faisant couler le sang,
Mais en visant droit dans le coeur
De leur précieux compte courant,
Qui est le fruit de nos labeurs...

Et si les patrons d'autrefois
Était les financiers d'ici ?
Et si tous on décidait là
De revenir au troc, pardi !

Toi tu fais du bon chocolat,
Moi je te donne des radis,
Combien de temps, dites le moi,
Ils tiendraient à ce jeu l'ami ?

Évidemment, c'est simplifié,
La solution je ne l'ai pas
Mais j'ose dire : j'suis indignée,
Je refuse ce monde là
Et je boycott tout ce système,
La loi du Nord contre le Sud,
Je vois en face les problèmes :
On vend des armes, on vend des scuds,
On vend des frontières fermées
Quand on n'est qu'une Humanité...
Dis moi c'qu'un enfant Sri lankais
Vaudrait de moins qu'un p'tit français ?

C'est un retour à l'humanisme,
L'humain d'abord ! L'humain d'abord !
Tant pis si on me dit gauchiste,
Il faut bien se choisir un bord...
Et ils nous ont si bien appris
Que sans argent on ne vit pas
Qu'on se demande si Lucy,
Elle a vraiment vécu... tu vois ?


Avec leur argent sur les bras
Dans des p'tits paradis sans joie,
Si nous l'argent on n'en veut pas,
Ils nous entendraient cette fois...

La vie n'est qu'un rapport de force,
Les petits l'ont trop oublié,
Ensemble on est comme l'écorce
Empêchant l'arbre de casser..."

Oui je repense à mon copain,
Malik mais oui, c'est un grand homme...
Il m'aurait dit ça c'est certain : 
"Faudra du temps... c'est qu'ils con - somment..."
dimanche, 2 March, 2014 - 11:23 Fox
1,192 lectures
Rubriques:
1 commentaires
Moi j'ai la liberté


Qui me court dans les veines


Et pour elle mes pieds


Se donnent de la peine.


Et dans ma poésie,


C'est mon sang qui martèle


En entraînant ma vie


Toujours droit devant elle.


Je déroule des pages,


Ribambelle de vers,


Qui actent mes voyages


Et ponctuent mes hiers.


J'écris entre deux routes,


Je parle avec le ciel


Et je fais de mes doutes


Un monde existentiel


Où j'accroche en espoir


Mon regard aux étoiles


En leur chantant le soir


Quelques mots sur la toile.




Je suis tellement libre


Que les autres m'en veulent,


Mais j'ai compris que vivre,


C'est toujours être seul...


Ceux qui ont cru me faire


L'ont payé de l'égo,


Moi ce que je préfère,


C'est le côté Solo.....


Les liens de dépendance,


La goinffrerie du moi,


Les clics de complaisance,


Les amitiés sans poids...


Je laisse tout derrière,


Je continue tout droit,


Je n'écris pas pour plaire,


J'écris pour RESTER MOI !


Dans la foire artistique,


Je trace mon chemin


À l'encre sympathique,


Et je garde l'entrain


Qu'il faut à ceux qui rêvent


D'un monde ouvert et sain


Dont le coeur se relève


En construisant demain.


Au fond d'un atelier


Je dessine MES traits


Sans chercher à pomper


Ce que le copain fait...


Alors oui, forcément,


Ne baissant pas mon froc,


Je frustre tant de gens


Que nombreux en débloquent...


On ne m'achète pas,


Et c'est cela qui vexe...


Je ne prostitue pas


Mon temps et mes affects...


Je n'écris que pour toi,


Pour oublier ta mort


Et oublier le froid


En revenant au port....







lundi, 27 January, 2014 - 11:16 Fox
2,251 lectures
Rubriques:
3 commentaires
C'est un long travail sur soi-même
De ne pas être qu'en poème,
Il faut se prendre les travers,
Leur mettre la tête à l'envers
Et leur faire avaler leur fange
Sans vouloir passer pour un ange.

C'est juste exister autrement
vendredi, 22 November, 2013 - 05:00 Fox
3,373 lectures
Rubriques:
3 commentaires
Quand j'ai le sirop de la rue 
Qui se réveille dans mon sang, 
C'est tout mon cœur qui fait sa crue 
Et qui me pousse droit devant. 
Et je me fais les avenues, 
De carrefours en grands tournants, 
Je cherche toujours une issue 
Comme je le faisais enfant. 
C'est que le sirop de la rue, 
Ça vous chatouille le dedans, 
Ceux qui souvent en ont trop bu, 
Ceux-la comprendront sûrement, 
C'est que le sirop de la rue, 
C'est le remède des perdants 
Qui ont la tête dans les nues 
Quand leurs pieds vont en s'épanchant...
mercredi, 16 October, 2013 - 09:02 Mr Mojo
2,570 lectures
Rubriques:
2 commentaires




j'ai finis très tard , j'commence trop tôt
1h - 7h du coup 5 de dormi , putain ... 
Alors j'sais pas c'qui m'prend
comme une baffe dans la geule
ça m'revient en tête , a chaque bouffée de fumée 
"combien de temps combien de remords"
v'là qu'ça r'vient 
oh non pas encore cette musique 
mausades pensées 
on vit on ris on jouit 
pis PAF 
aurevoir
au coin d'la rue 
vendredi, 5 July, 2013 - 23:51 mix
7,107 lectures
Rubriques:
7 commentaires

à cet endroit du monde
à cet endroit du temps
là, si près de toi

jeudi, 20 June, 2013 - 14:14 Fox
4,807 lectures
Rubriques:
1 commentaires



Comme un chat de gouttières 
Aime faire le mur, 
J'écris des nuits entières, 
À l'ombre du futur. 

Et quand vient la lumière, 
Quand le vent frappe dur, 
Je retourne à hier 
Pour lécher mes blessures. 

Comme un chat bien trop fier, 
Je soigne mon allure, 
Mais quand vient le lumière 
Et que plus rien n'est sûr, 

Je cherche une litière 
 À ma juste mesure 
Et je rêve d'y faire 
Une vie sans ratures.
dimanche, 12 May, 2013 - 11:49 mix
7,198 lectures
Rubriques:
5 commentaires








 il y a cette impression étrange
 de nouveaux horizons
 quand on revisite le monde
 d'avec d'autres voyages
 un autre regard

 avec le rythme lancinant
 de la découverte
 quand petit à petit
 se dessine un paysage
 quand petit à petit
 se redessine le monde

 comme une ligne mélodique
 que l'on redécouvre
 à chaque écoute
 comme un visage
 que l'on mange des yeux
 un corps que l'on explore

 encore et encore

samedi, 27 April, 2013 - 18:25 Fox
4,931 lectures
Rubriques:
1 commentaires
C'est jour de soupe à la grimace
À la table du temps qui passe
Où l'on avale de travers 
D'être un jour bouffés par des vers...

Venez nombreux et prenez place,
Chacun pourra laisser sa trace
En se mangeant tous ses revers
Depuis l'entrée jusqu'au dessert.

Ne prenez pas de carapace,
Ça pèse lourd avec la glace
Et ça empêche qu'on digère
Un reste du repas d'hier.

Ici venez dans votre crasse
Et sans y mettre aucune classe,
Ceux qui ont la tête à l'envers
Sont des clients prioritaires.

Pages

Subscribe to