You are here

mardi, 10 May, 2011 - 16:47 Dreux patrick
1,526 lectures
Rubriques:
3 commentaires

Les collines en deuil ont pris le parti fou

De ranger le cercueil là tout au fond du trou

Et l’enfant de novembre revient au mois de mai

Quand la mère au cœur tendre se retire à jamais

 

Le ciel est resté sec dans le vent qui séchait

Les larmes des parents dont les yeux se perdaient

Au lointain des collines et des arbres en fleurs

dimanche, 8 May, 2011 - 13:29 Fox
1,862 lectures
Rubriques:
5 commentaires

L'herbe haute est là
Personne n'a fauché
Ses racines ; Entre-las
De mousse et de rosée

Les grands chênes tout autour

jeudi, 5 May, 2011 - 22:52 Rocco Souffraulit
1,555 lectures
Rubriques:

lundi, 2 May, 2011 - 18:14 Rocco Souffraulit
2,213 lectures
Rubriques:

dimanche, 1 May, 2011 - 01:31 Rocco Souffraulit
1,112 lectures
Rubriques:

Tu penses façon photomaton écrire des livres aux clichés borderlines

samedi, 30 April, 2011 - 09:53 Jiaime
1,431 lectures
Rubriques:
2 commentaires

A l'heure ou le monde est ailleurs nous marcherions sur la plage et laisserions les vagues lécher nos pieds puis effacer nos traces commes si nous n'étions jamais passés.

Je t'amènerais au bout de la jetée, danser au dessus de l'Océan et regarder la lune se refléter dedans.Je gouterais sur tes lèvres ses embruns salés,tu te laisserais faire,tu aimerais cela,et ce serait bien.

Nous resterions longtemps en nous tenant par la main,à regarder le phare dessiner des traits de lumière sans fin sur la surface océane.

samedi, 30 April, 2011 - 00:18 Rocco Souffraulit
979 lectures
Rubriques:

jeudi, 28 April, 2011 - 12:47 Fox
1,391 lectures
Rubriques:

Sur les têtes,
Habillés comme à la fête,
Cent valeureux chapeaux
Déambulent dans le métro.

Il est tôt.

mercredi, 27 April, 2011 - 04:04 Rocco Souffraulit
2,827 lectures
Rubriques:

lundi, 18 April, 2011 - 10:28 Fox
1,478 lectures
Rubriques:
3 commentaires

Au café de l'Absinthe,

affalées sur le zinc,

les âmes ont l'habitude

des grandes solitudes.

 

Leurs bouches pendant des heures

parlent sans s'ouvrir

et on les entend rire

sans les voir s'unir.

 

Au café de l'Absinthe

le patron est des leurs.

Quand sa journée l'éreinte

il quitte son labeur,

pose un coude sur le zinc

et se met à sombrer

dans la nuit des tropiques

que les autres ont conté.

 

Pages

Subscribe to