You are here

dimanche, 15 May, 2011 - 20:30 Rocco Souffraulit
1,086 lectures
Rubriques:

samedi, 14 May, 2011 - 10:38 kathleen
2,334 lectures
Rubriques:
Blog:
5 commentaires

Le vent soufflait ce matin-là
Il y avait dans l’air un je-ne-sais-quoi
Une vibration une onde
Quelque chose disait la Terre ronde
 

samedi, 14 May, 2011 - 04:28 Jiaime
1,938 lectures
Rubriques:
4 commentaires

Mon coeur ,Amalapushpam,

Petite fille misère de quatorze ans, du bout de l'Inde en Kérala,

Je ne te verrai certainement jamais devenir la dame,

A qui tu rêvais  de ressembler.

Disparue un jour, sans pouvoir  laisser une seule trace de tes pas

Un signe,une piste pour que je puisse te retrouver.

Ma Fille de coeur,ma douce Filleule,

Les adultes ne t'ont pas protégée.

Tu me laisses désespéré et bien seul,

De te savoir   abandonnée dans cette foule affamée,

Ou les petites filles sont jetées en pâture à des hommes immondes,

mardi, 10 May, 2011 - 16:47 Dreux patrick
1,722 lectures
Rubriques:
3 commentaires

Les collines en deuil ont pris le parti fou

De ranger le cercueil là tout au fond du trou

Et l’enfant de novembre revient au mois de mai

Quand la mère au cœur tendre se retire à jamais

 

Le ciel est resté sec dans le vent qui séchait

Les larmes des parents dont les yeux se perdaient

Au lointain des collines et des arbres en fleurs

dimanche, 8 May, 2011 - 13:29 Fox
2,054 lectures
Rubriques:
5 commentaires

L'herbe haute est là
Personne n'a fauché
Ses racines ; Entre-las
De mousse et de rosée

Les grands chênes tout autour

jeudi, 5 May, 2011 - 22:52 Rocco Souffraulit
1,758 lectures
Rubriques:

lundi, 2 May, 2011 - 18:14 Rocco Souffraulit
2,486 lectures
Rubriques:

dimanche, 1 May, 2011 - 01:31 Rocco Souffraulit
1,275 lectures
Rubriques:

Tu penses façon photomaton écrire des livres aux clichés borderlines

samedi, 30 April, 2011 - 09:53 Jiaime
1,634 lectures
Rubriques:
2 commentaires

A l'heure ou le monde est ailleurs nous marcherions sur la plage et laisserions les vagues lécher nos pieds puis effacer nos traces commes si nous n'étions jamais passés.

Je t'amènerais au bout de la jetée, danser au dessus de l'Océan et regarder la lune se refléter dedans.Je gouterais sur tes lèvres ses embruns salés,tu te laisserais faire,tu aimerais cela,et ce serait bien.

Nous resterions longtemps en nous tenant par la main,à regarder le phare dessiner des traits de lumière sans fin sur la surface océane.

samedi, 30 April, 2011 - 00:18 Rocco Souffraulit
1,149 lectures
Rubriques:

Pages

Subscribe to