You are here

mercredi, 20 May, 2015 - 17:32 Vincent LAUGIER
211 lectures
Rubriques:

La vie sentimentale est compliquée, elle dépend du mental pour lequel un
sujet sain et masculin devrait absorber un trente deux millième de son
poids d'emmental, s'il veut que sa tête soit au diapason de son corps
amoureux et si ce sujet a une soeur il doit tout faire pour taire les
propos tenant à sa vie sentimentale.

Car une soeur se mêle de beaucoup de chose, c'est un des passe-temps
très courant chez les sœurs aînées cadettes et autres. La soeur est
souvent le censeur des sentiments les plus justes, cela est dû a un sens

dimanche, 10 May, 2015 - 21:14 Vincent LAUGIER
363 lectures
Rubriques:

J'essaye dans les sons, les mots. L'hiver est une musique d'air. Revenir
dans l'applaudissement. Revenir dans un parterre de spectacle. Dans la
lumière de la scène, il y a la présence de la lune, tout le cheminement
d'une nuit, une bousculade de présences et le vide au coeur de la
métropole, le vide qui interpelle, le vide qui déraille dans les autobus
plein d'un monde conspué. Il est l'ombre qui cerne. La profonde lumière
a un effet passager. Le vide est à deux pas de soi, la tombe est proche
et le ciel est haut.

dimanche, 10 May, 2015 - 08:43 Vincent LAUGIER
225 lectures
Rubriques:

Venu de la Baltique, roucoule un pigeon blanc, il est puissant comme un
géant des brousses et calme comme une statue stalinienne.

Quel animal merveille !

Il a passé des frontières surveillées comme la prunelle de la conscience.

Il a fait des vires et vires pour atterrir dans un prés tout bête d'un
parc amical. Dans ce parc passent des gens qui regardent des arbres.

La méditerranée est proche comme un fleuve rouge qui charrie sa part d'humanité altérée.

mercredi, 6 May, 2015 - 14:30 Vincent LAUGIER
317 lectures
Rubriques:


C'est l'hiver qui finit,  elle
roule à toute vapeur dans un paysage monotone, des vire-vire entre
un tracé de route et une panoplie de rectangles cultivés, une ligne
goudronnée ou autour bourgeonne souterrainement la vie.
Elle se rend à une fête. C'est
dimanche. Le ciel est calme et gris.
Elle conduit bien. Elle se rend à la
ville.
mercredi, 6 May, 2015 - 14:24 Vincent LAUGIER
153 lectures
Rubriques:

J'attends avec une patience d'infiniment triste. J'attends aussi débonnaire que je peux, j’attends le nouveau monde.

J'attends des gens qui ont soif, j'attends des affamés de bonheurs.

J'attends même que le ciel s'ouvre et que mon coeur respire. J'attends
des coins les plus fermés la métamorphose des sensations.

Qui sait ce qui nous vient ? Je suis un mutant du vouloir, vous savez la volonté qui ne sert qu'à s'entêter...

mardi, 28 April, 2015 - 22:07 Vincent LAUGIER
364 lectures
Rubriques:

Je suis dans un chalet sympathique plein de rondeurs de bois. Il y a
cinq amis avec moi, cinq amis buveurs comme il se doit. Nous avons tous
des bols blancs bien chaud d'un chocolat goûteux, nous sommes un peu
ivre, un peu fatigué et bienheureux. Sur la droite un clavecin d'un vert
doré joue seul des notes qui vous prennent. Je remarque entre le sol et
les poutres un foulard rouge, il s'agite dans un froufroutement
surprenant.  Un chat blanc bondit sur le clavecin et clame : "Vous voici
bien !"

samedi, 18 April, 2015 - 18:04 Vincent LAUGIER
345 lectures
Rubriques:
ô Memkhis, roi de la lumière et des devinettes vient prendre coeur en moi
devient mon ombre dans l'ensoleillement de mon âme.
ô Memkhis, fruit d'extases et de compassions vois la quête qui est la mienne
viens prendre trajectoire dans le bout d'une vie qui se veut consciente.
Tu es un valet de la divinité et le prolongement des espérances.
Tu cours à mille lieux dans le courant des sensations infinis.
Tu es la volonté des coeurs et le silence de la création.
Tu es là toujours dans l'éternité des vies qui se recueillent.
jeudi, 16 April, 2015 - 15:29 Vincent LAUGIER
327 lectures
Rubriques:

Entre manques et souffrances, le souffle se fait court.
la musique m'emplit sans rien savoir de cela.
L'été d'un air innocent vient se promener dans la chaleur d'un printemps.
Je vais voir du pays dans toutes les galères, pas drôles et usantes.
La vie me dessine des coups et des surprises, je vais la prendre en moi comme une amie de longue date, silencieuse et présente. Une vieille amie mal vue depuis longtemps.
Je danse sur des bouts de chemins.
Je dis des poèmes au-delà des sanglots.
Je marche sur les taches du monde.

mercredi, 15 April, 2015 - 15:54 Vincent LAUGIER
324 lectures
Rubriques:

L'allée est ouverte bordée d'arbres odorants, chauds et sucrés comme une zone d'abeilles. Le printemps est là avec sa présence diablement douce, pénétrante et chevaleresque, tout le monde a des envies de se dandiner. Le ciel est crème comme la bonté des surprises qui affleure dans les esprits. Le bleu est à percevoir au-delà dans le par-dessus nuageux, lascif comme une femme aimée.

dimanche, 5 April, 2015 - 18:52 Vincent LAUGIER
408 lectures
Rubriques:

Un homme marche sous un ciel gris, il est gras et doux dans une ville heureuse.
Une femme court dans un jardin bleu ou des senteurs de bières attiédissent l'effort.
L'homme n'a que faire, il n'attend rien, il est athée. La femme aime  la vie, elle est sportive ça lui donne un entrain de locomotive.
Les murs de la ville sont colorés, ils sont sombres de briques, un rouge de braises mourantes, ce ton chaud se couche bien dans les rues et sied aux passants peu nombreux ressentant le bien être des pierres.

Pages

Subscribe to