You are here

samedi, 13 June, 2015 - 21:16 Vincent LAUGIER
Rubriques:

Le jour qui se couche, la nuit s'ouvre....
La nuit la lune luit, les étoiles guident le solitaire...
Le voyage des profondeurs se fait dans un souffle.
dans le désert le silence est étrange.
Dans le désert nocturne, l'air est un vent marin et les dunes des vagues.
Le regard est flottant comme un entre deux des connaissances, plus ici et pas encore ailleurs.
Le corps est flottant comme une belle âme, comme une bête certaine.
Renversement des caractéristiques et des environnements. Le voyage est là, dans la vibration de la nuit.

lundi, 8 June, 2015 - 20:20 Vincent LAUGIER
Rubriques:

L'hortensia d'Hortense voyage depuis Coblence, elle est fortunée en rêves
et en fleurs ; Hortense la croit magique car un jour de pluie elle a pris
une couleur de torrent, torrent sauvage qui glapit dans un lit de roches
grosses comme des baleines dansantes.

L'hortensia couleur torrent un jour de pluie est silencieuse, c'est une
qualité appréciée chez les fleurs, surtout quand elles sont bleus. Les
torrents bleus sont rares. L'hortensia muette, voyage commode sans
passeport, ni visa, ni pucerons. Elle déploie quelques fleurs à peines

lundi, 1 June, 2015 - 18:01 Vincent LAUGIER
Rubriques:

Dans un espace de légèreté, j'accorde du temps à la respiration du monde, un sentiment de floraison dans une
belle lumière est à mes côtés avec des anges vêtus de bleus. Ils distillent leur
présence, un moment médité qui fait du bien, des perceptions et du bien
être.
Toujours ancré dans une quête quotidienne cela m'est bénéfique... Je perçois des sons et des choses.

Nous sommes dans une grande pièce qui
fait office de temple avec de belles colonnes vertes et les anges

samedi, 30 May, 2015 - 21:35 Vincent LAUGIER
Rubriques:

Il pleut fort dans une allée. L'eau danse et donne un son de transe. Je regarde l'allée. Je la regarde d'un coin sombre. Je suis entre deux arbres, comme eux, je prend l'eau. Je suis dans un oubli. Il me suffit le son de l'eau et des feuilles qui parapluisent. Il pleut et ça me prend dans le ventre, ça me donne de l'air. Je respire du ciel. Le monde dans ce climat me donne un souffle. Je m'acclimate à cette matinée. Il pleut dans cette vallée et je regarde une allée. Elle est faite de cailloux blancs. Ils bouillonnent dans une soupe de pluie. La terre sort de dessous ses arômes.

lundi, 25 May, 2015 - 22:37 Vincent LAUGIER
Rubriques:

Le prince et les moutons

Le petit prince celui qui est sur sa planète avait rendez-vous avec une rose et se retrouve devant un troupeau de moutons.

Des moutons gras et noirs, nombreux et fort comme des aigles de terre.

Le petit prince qui en a vu d'autres, ne perd pas son sang froid et royal.

lundi, 25 May, 2015 - 16:57 Vincent LAUGIER
Rubriques:



Je suis né dans une Afrique, un balbutiement, une chaleur. J'aime la
poussière que soulèvent le vent et les déplacements. Je vais dans le
dédale de rues en pisés. Je vais pister les consciences perdues dans les
travers des conquêtes. Je vais rouler mon âme dans un lac desséché. Je
vais chercher ce qui traîne dans mes questions et me relie au monde
comme des cordes dans des ports d'attaches.

mercredi, 20 May, 2015 - 17:32 Vincent LAUGIER
Rubriques:

La vie sentimentale est compliquée, elle dépend du mental pour lequel un
sujet sain et masculin devrait absorber un trente deux millième de son
poids d'emmental, s'il veut que sa tête soit au diapason de son corps
amoureux et si ce sujet a une soeur il doit tout faire pour taire les
propos tenant à sa vie sentimentale.

Car une soeur se mêle de beaucoup de chose, c'est un des passe-temps
très courant chez les sœurs aînées cadettes et autres. La soeur est
souvent le censeur des sentiments les plus justes, cela est dû a un sens

dimanche, 10 May, 2015 - 21:14 Vincent LAUGIER
Rubriques:

J'essaye dans les sons, les mots. L'hiver est une musique d'air. Revenir
dans l'applaudissement. Revenir dans un parterre de spectacle. Dans la
lumière de la scène, il y a la présence de la lune, tout le cheminement
d'une nuit, une bousculade de présences et le vide au coeur de la
métropole, le vide qui interpelle, le vide qui déraille dans les autobus
plein d'un monde conspué. Il est l'ombre qui cerne. La profonde lumière
a un effet passager. Le vide est à deux pas de soi, la tombe est proche
et le ciel est haut.

dimanche, 10 May, 2015 - 08:43 Vincent LAUGIER
Rubriques:

Venu de la Baltique, roucoule un pigeon blanc, il est puissant comme un
géant des brousses et calme comme une statue stalinienne.

Quel animal merveille !

Il a passé des frontières surveillées comme la prunelle de la conscience.

Il a fait des vires et vires pour atterrir dans un prés tout bête d'un
parc amical. Dans ce parc passent des gens qui regardent des arbres.

La méditerranée est proche comme un fleuve rouge qui charrie sa part d'humanité altérée.

mercredi, 6 May, 2015 - 14:30 Vincent LAUGIER
Rubriques:


C'est l'hiver qui finit,  elle
roule à toute vapeur dans un paysage monotone, des vire-vire entre
un tracé de route et une panoplie de rectangles cultivés, une ligne
goudronnée ou autour bourgeonne souterrainement la vie.
Elle se rend à une fête. C'est
dimanche. Le ciel est calme et gris.
Elle conduit bien. Elle se rend à la
ville.

Pages

Subscribe to